Onet Technologies, l’un des leaders de l’Industrie du nucléaire, recherche son BIM Manager maîtrisant Revit et les solutions Autodesk

Offre d’emploi reprise du site Onet

ONET TECHNOLOGIES, division nucléaire du groupe ONET, est un des leaders français de l’industrie du nucléaire avec près de 3000 collaborateurs et un Chiffre d’Affaires de 280 millions d’euros.
ONET TECHNOLOGIES intervient sur l’ensemble du cycle de vie des installations nucléaires à travers des projets complexes en tant qu’architecte ensemblier en France et à l’International.
ONET TECHNOLOGIES se caractérise par la recherche constante de l’excellence de par sa présence dans des environnements à forte dimension technologique. Sa compétitivité est fondée sur ses expertises et sa capacité d’innovation.

Dans le contexte d’une démarche globale de continuité numérique, la Direction Technique d’Onet Technologies recrute un BIM Manager H/F souhaitant évoluer dans le domaine des installations industrielles principalement nucléaires. Sous les directives du Responsable de la Continuité Numérique, vous animerez le concept BIM au sein des pôles de compétences pour produire des maquettes numériques destinées à la construction de nouvelles installations, et à l’exploitation/déconstruction d’installations existantes.

Dans ce cadre les missions attendues sont les suivantes :

Missions de pilotage :

  • Animer le comité BIM et organiser à ce titre les rencontres nécessaires;
  • Organiser le flux de communication auprès des acteurs BIM de l’entreprise;
  • Assurer le maintien et la production du référentiel BIM de l’entreprise;
  • Organiser la récolte et la capitalisation du retour d’expériences;
  • Assurer une veille technologique sur les outils;
  • Etre un interlocuteur au près de la Direction des Systèmes d’Information pour le maintien opérationnel des outils;
  • Monter et suivre le budget associé au pilotage du métier;
  • Assurer une représentation du BIM Onet Technologies à l’extérieur de l’entreprise (salons, rencontres commerciales…).

Missions opérationnelles :

  • Définir les stratégies et les flux de production en adéquation avec les besoins des projets pour l’ensemble de l’écosystème de la maquette numérique (Revit, Navisworks, outils spécifiques métiers);
  • Participer aux appel d’offres impliquant l’usage du BIM en réalisant le chiffrage et la proposition technique;
  • Assurer la gestion du patrimoine de maquettes numériques;
  • Rédiger la documentation technique associée aux maquettes numériques (convention BIM, charte graphique…);
  • Développer et maintenir les gabarits de projet sur Revit;
  • Gérer la bibliothèque et la production des familles d’objets pour Revit;
  • Identifier les développements nécessaires pour accroitre la performance opérationelle;
  • Assurer un rôle de BIM coordinateur sur la production des maquettes numériques.

Profil

De formation bac+3 à +5, vous justifiez d’une expérience d’au moins 2 ans sur un poste d’encadrement en BIM et d’une expérience entre 10 et 15 ans sur des postes dans le secteur de l’ingénierie en milieu industriel.

Vous maîtrisez le logiciel Autodesk Revit sur les aspects Architecture et MEP (paramétrages de gabarits, création de familles, modélisation…).
Vous maîtrisez également Autodesk Navisworks Manage.

Vous avez un bon niveau de connaissance des outils de la collection AEC d’Autodesk et de l’environnement des outils de CAO 3D.

Des compétences en gestion de base de données sont un plus.

Poste basé à Pierrelatte (26).

Type de contrat
Durée indéterminée

Statut du poste
Cadre

Rémunération Affichée
Selon profil et expérience

Localisation du poste
Localisation du poste
Europe, France, Auvergne-Rhône-Alpes, Drôme (26)

Lieu
Pierrelatte
Géolocalisation par zone
Non

Postulez à cette offre en cliquant ici.

Le Gouvernement Britannique entend rendre le BIM obligatoire pour les projets résidentiels de plus de 18 mètres afin de renforcer la sécurité

Le BIM obligatoire s’intensifie au Royaume-Uni

Le gouvernement Britannique a récemment proposé de rendre le processus BIM obligatoire pour les projets résidentiels de plus de 18 mètres de haut, prévoyant ainsi des mesures plus strictes afin d’améliorer la sécurité.
Le ministère du Logement, des Collectivités et des collectivités locales (MHCLG) a présenté ses propositions dans le cadre d’une consultation sur un nouveau cadre réglementaire pour mettre en œuvre les recommandations formulées dans l’étude Hackitt.

Pas d’obligation logiciel mais une conformité aux standards BIM

Le document de consultation indique par ailleurs que : « Bien que nous n’ayons pas l’intention de rendre obligatoire l’utilisation d’un logiciel particulier pour stocker l’information, nous pourrions choisir de rendre obligatoire que les informations relatives aux bâtiments soient conformes aux normes BIM (Building Information Modeling) « .

Un équivalent du carnet numérique du bâtiment ?

Il ajoute : « Nous proposons que l’information et les données requises soient stockées dans un format numérique (stockées et accessibles despuis un ordinateur ou un autre dispositif électronique) et qu’elles présentent des caractéristiques particulières, que le gouvernement définira plus en détails dans des directives qui restent à définir.

A la suite des réponses à cette consultation, ils examineront, quelles directives supplémentaires, s’il y a lieu, seraient nécessaires au-delà de la référence aux normes BIM.

Une réforme solide et des informations pérennes !

La consultation ; un document de 192 pages ; souhaite une réforme  » solide « . Le gouvernement Britannique est convaincu qu’un ensemble continu d’informations exactes et à jour depuis la conception, en passant par la construction et l’entretien permanent des bâtiments résidentiels visés, conformément aux recommandations de l’étude indépendante, est nécessaire pour assurer la sécurité des bâtiments.

Vers des coûts maîtrisés !

Le document ajoute :  » Nous avons modélisé les coûts pour répondre aux exigences de la continuité des informations lors de la conception et de la construction qui n’utiliseraient pas déjà le BIM niveau 2 et un environnement de données commun (CDE). Pour les bâtiments résidentiels de 18 mètres 124 et plus, le coût unitaire de la numérisation de l’information est évalué de 42 000 à 64 000 livres sterling. »

Pour plus d’informations, accédez au document complet ici.

L’Agence SLK Architecture à Mont de Marsan recherche son Expert BIM et Revit

SLK Architectes est une agence d’architecture située à Mont de Marsan dans les Landes.

Site web : http://slk.archi/                                      

Standardiséé sur le BIM avec Autodesk Revit, ils sont à la recherche d’un dessinateur-projeteur confirmé utilisant Autodesk Revit avec une expérience minimum de 2 ans sur un poste similaire.

Les compétences et missions suivantes seront demandées :

  • Modélisation de maquette numérique BIM
  • Connaissance techniques constructives et règlementaires
  • Aptitude à travailler en équipe
  • Une personne sachant utiliser Dynamo serait un plus
  • Le titulaire du poste fera les relevés des nuages de points avec un laser 3D
  • Formation à l’agence

Pour en savoir plus ou postuler, contacter l’agence d’architecture SLK Architectes située au 97 avenue Georges Clémenceau, 40000 Mont-de-Marsan, ou par email à contact@slk.archi ou par téléphone au 05 58 06 98 00

Evènement – BIM A+ Le premier Master BIM européen de qualité – Inscriptions ouvertes !

Naissance d’un nouveau master BIM Européen

Avec le développement et les progrès rapides qui ont lieu actuellement, les entreprises de construction de l’UE se trouvent confrontées à un besoin important de jeunes professionnels qui possèdent une connaissance approfondie du BIM et de ses usages. L’objectif du programme BIM A+ est de former de jeunes experts de premier plan dans le domaine du BIM afin de répondre à la demande croissante du secteur du BTP.

BIM A+ est un master international dédié au BIM (Building Information Modeling). La première édition de BIM A+ commencera en 2019/2020 en tant que master Erasmus Mundus, cofinancé par le programme Erasmus+ de l’Union européenne.

Objectifs du Master

L’objectif de BIM A+ est d’offrir un programme de formation avancée sur les processus intégrés de conception, de construction et d’exploitation BIM, en mettant l’accent sur les pratiques de collaboration qui sont la pierre angulaire de cette intégration. Le Master combine la diversité des expertises des principales universités européennes dans les domaines pertinents, offrant une formation orientée vers une compréhension pluridisciplinaire de la construction virtuelle à travers l’implication d’experts issus de domaines complémentaires (ingénieurs, architectes, programmeurs et autres).

Le cours de maîtrise a une durée d’une année universitaire et se déroule en alternance entre les partenaires, de sorte que chaque étudiant suit les cours dans un établissement partenaire et le mémoire dans un autre. La langue d’enseignement et d’examen est l’anglais. Le diplôme décerné est une maîtrise, délivrée sous la forme d’un double diplôme par les établissements concernés.

Parmi les thèmes abordés et enseignés :

  • Comprendre le rôle et le potentiel du BIM pour le secteur du BTP
  • Etre capable de planifier l’utilisation du BIM dans les projets de construction et de fournir le bon niveau de détail.
  • Être en mesure de se conformer aux exigences légales et aux exigences en matière de collaboration de projet.
  • Identifier, décrire et appliquer des pratiques de modélisation adéquates en fonction des utilisations prévues pour les modèles.
  • Capacité à comprendre et à réaliser des modèles BIM pour les spécialités de l’architecture, de l’ingénierie structure et de l’ingénierie MEP.
  • Maîtriser l’utilisation des approches paramétriques pour la création d’objets avancés
  • Etre capable d’utiliser des objets avancés dans un contexte BIM grâce à des éditeurs interactifs et des bibliothèques d’objets.
  • Capacité d’appliquer des méthodologies de scripting pour étendre les capacités des plateformes BIM existantes vers des capacités personnalisées.
  • Etre capable d’évaluer les problèmes d’interopérabilité BIM Exchange d’un point de vue technique, sémantique et organisationnel.
  • Appliquer des méthodes d’élaboration de schémas et de bases de données pertinentes pour la BIM, ainsi que des méthodes d’échange de spécifications de produits de construction.
  • Etre capable de traiter avec succès les questions d’interopérabilité dans le cadre de l’échange d’informations sur les projets d’infrastructure et de construction basé sur la BIM.
  • Détailler et appliquer les processus métier impactés par les dimensions BIM 4D, 5D et 6D et décrire l’approche de numérisation en termes de workflows, de mécanismes d’échange de données (y compris les rôles de gestion des données, les pertes de données et les interfaces système)
  • Comprendre comment l’environnement de données commun (tel que prescrit dans les pratiques européennes) peut soutenir d’autres processus commerciaux tels que la gestion des contrats, les appels d’offres et les achats électroniques, BIM to Field.
  • Pouvoir adapter le BIM 4D, 5D et 6D à la modélisation et aux applications pour les spécialités de l’architecture, du génie structure et de l’ingénierie MEP
  • Capacité d’application approfondie de la BIM dans des contextes spécifiques de réhabilitation de bâtiments et d’analyse/évaluation de la durabilité.

Des bourses parrainées par l’Union européenne et par le Consortium BIM A+ sont disponibles pour les étudiants de toute origine géographique.

Inscriptions ouvertes dès maintenant !

Les inscriptions pour le master BIM A+ sont ouvertes. Ne tardez pas et postulez maintenant !

La date limite pour la soumission électronique de la demande est le 31 août 2019 à 23h59 (UTC – temps universel coordonné), y compris toutes les pièces jointes à fournir.

Par la suite, les candidats sélectionnés souhaitant s’inscrire au cours du Master BIM A+ seront invités par le secrétariat BIM A+ à soumettre des copies papier de toutes les pièces jointes.

Pour en savoir plus et vous inscrire, cliquez ici.

Genie, specialiste anglo-saxon des engins de chantier, s’élève vers le BIM et met à disposition sa gamme

Genie Industries a été fondé en 1966, date à laquelle Bud Bushnell fit l’acquisition des droits de fabrication d’un élévateur de charges fonctionnant à l’air comprimé. Les clients semblaient impressionnés par « l’effet magique produit dans la bouteille », utilisé pour lever et abaisser l’élévateur — c’est ainsi que la marque « Genie » a vu le jour. Face à une demande croissante en élévateurs de charges et en plateformes de travail élévatrices, la gamme de produits Genie® a été complétée par des équipements tels que les monte-personnes, les nacelles à flèche fixe, les nacelles à flèche articulée, les tours d’éclairage et les chariots télescopiques. 

En 2002, Genie Industries a été vendu et est devenu la division commerciale Terex Aerial Work Platforms (AWP) de Terex. Grâce à la force et à la réputation dont jouit l’entreprise sur le marché, tous les équipements Genie continuent d’être vendus dans le monde entier sous la marque Genie.

Aujourd’hui, les équipements Genie sont utilisés dans divers secteurs d’activités et applications dans le monde entier, y compris la location, l’aéronautique, le bâtiment, l’événementiel, les pouvoirs publics et l’armée, l’industrie de même que les entrepôts et le commerce de détail.

En tant que premier fabricant mondial de nacelles élévatrices, Genie s’emploie à réduire les déchets, améliorer la qualité, être à l’écoute de ses clients et fournir une assistance de premier ordre bien longtemps après la vente de l’équipement. Grâce à cette stratégie, Genie est devenu une marque de confiance depuis quelques décennies et participera, à l’avenir également, à l’essor de sa clientèle et des activités de cette dernière. 

Aujourd’hui, Genie se met au BIM et propose aux professionnels du BTP de télécharger ses objets au format BIM d’Autodesk Revit (*.RFA). Vous pouvez les récupérer en cliquant ici.

Projet Tour Eiffel – Magique, les secrets du process de création de la maquette BIM 3D des 54 hectares existants

Un concours international prestigieux et des lauréats de haut niveau !

« Découvrir, approcher, visiter », tel était le titre de l’appel à projets international lancé début 2018 par la Mairie de Paris afin de réaménager tout le secteur des 54 Ha autour de la Tour Eiffel, pour les Parisiens et surtout pour les touristes visiteurs.

Grâce à un budget de 40 millions d’euros, la Ville entend créer et mettre en scène des parcours urbains et paysagers offerts aux piétons, car chaque année, ce sont en effet près de 7 millions de touristes qui la visitent et plus 20 millions de personnes qui circulent dans la zone. Après plus d’un an de travail et un jury impressionné par les résultats des quatre Equipes qui concouraient c’est finalement l’Agence Gustafson, Porter + Bowman, que la municipalité de Paris a choisi ce 21 mai 2019.

Autodesk, acteur majeur de l’édition logicielle et Expert incontournable du BIM était partenaire de ce concours prestigieux.

Découvrez au travers de la vidéo ci-après, les secrets de la création de cette fabuleuse maquette BIM qui a permis l’intégration des projets lauréats et du gagnant, notamment grâce au travail pour la maquette de l’existant, des sociétés Gexpertise, WSP, sous l’égide de la Société Autodesk en collaboration avec la Mairie de Paris.

Cette vidéo est divisées en 3 chapitres :

  • Relevé du site en lasergrammétrie et photogrammétrie
  • Modélisation du site et de tous les éléments le composant sur la base du relevé et documents CAO et images divers
  • Création du modèle VR de visite

Une Equipe Autodesk fortement impliquée dès les premiers instants

Chez Autodesk, de nombreuses personnes ont été impliquées dont Béatrice Cassignol, Guillaume Joubert, Emmanuel Di Giacomo, Karen Weiss, Wes Newman.

Remerciements

Un remerciement chaleureux aux Equipes de Gexpertise et WSP, sans qui ce projet n’aurait pû être possible pour la création de cette fabuleuse maquette.

Impact du standard ISO19650 – Tout savoir grâce aux Experts de bsi

Les premières normes internationales pour le BIM telles que l’ISO16950 ont été publiées. Elles vont avoir un impact positif et important sur le quotidien des entreprises travaillant en BIM.

Le nouveau Standard ISO 19650 represente une avancée fondamentale pour le BIM et la structuration des informations.

L’ISO 19650 décrit les concepts et principes de gestion de l’information à un stade de maturité décrit comme la « modélisation des informations de la construction (BIM) selon l’ISO 19650 ». Il fournit des recommandations pour définir un cadre de gestion de l’information incluant l’échange, l’enregistrement, le contrôle de version et l’organisation, à destination de tous les acteurs. Il s’applique à la totalité du cycle de vie d’un actif bâti, y compris la planification stratégique, la conception initiale, l’ingénierie, le développement, la documentation et la construction, l’exploitation quotidienne, la maintenance, la réhabilitation, la réparation et la fin de vie.

Le développement des nouvelles normes internationales BIM a été dirigé par des experts britanniques. Il est basé sur les normes britanniques du BIM Level 2.

Que vous débutiez dans le BIM, que vous souhaitiez en savoir plus sur l’ISO19650 ou que vous envisagiez de passer de votre certification PAS 1192-2 actuelle à la nouvelle norme ISO, ce webinar proposé par bsi est un excellent moyen de comprendre les enjeux.

Venez écoutez les experts en certification BIM de bsi : Gary Pattison, Emilia Cardamone et Charlotte Broady expliquer comment l’ISO19650 continuera de faire progresser votre entreprise via le BIM.

Vous pouvez vous inscrire en cliquant ici.

Livre blanc – De l’importance de la gestion des livrables BIM pour un gestionnaire de patrimoine !

Les gestionnaires de patrimoine empruntent la voie du BIM

Découvrez ce livre blanc sur la manière dont les professionnels de la gestion de patrimoine d’assets de type campus par exemple, peuvent s’engager dans la définition de la charte BIM (Building Information Modeling) de leur institution. Alors que de nombreux propriétaires de bâtiments d’enseignement supérieur passent au BIM, la première étape à franchir est de créer un cahier des charges BIM. La création d’un document contenant les requis BIM servira de pierre angulaire à la mise en œuvre réussie des livrables BIM. Il n’existe pas de réponse unique pour un ensemble d’exigences BIM répondant à tous les besoins spécifiques de chaque institution. Pour créer un ensemble d’exigences BIM, des questions doivent être posées. Quelles sont ces exigences ? Pourquoi sont-elles importantes? Comment seront-elles utilisées? Qu’allons-nous y trouver ? Ce livre blanc que vous pourrez consulter, regroupe toutes ces informations.
David Kendrick, administrateur des systèmes BIM / Archibus de la Wright State University, a rédigé le document suivant après sa participation à la conférence du CFTA (Campus FM Technology Association) de 2018 à l’Université de l’Etat d’Ohio. Une grande partie du contenu de ce livre blanc a été recueillie lors de présentations officielles ainsi que lors de conversations avec de nombreux participants à la conférence.


Ce livre blanc a été créé en partenariat avec le CFTA pour le compte du groupe de travail chargé d’examiner les demandes de subvention de la part du CFTA.
Pour plus d’informations sur ce groupe de travail et sur la manière de postuler pour les futures subventions de la CFTA, visitez leur site officiel.

Vous pouvez télécharger ce livre blanc en cliquant ici.

Premières rencontres Architecture et Intelligences le 20 juin à l’Ecole d’Architecture Paris Val-de-Seine, des présentations et des débats passionnants en perspective !

De l’analyse prédictive aux processus certifiés pour l’architecture

Une belle initiative de l’Ecole d’Architecture Paris Val-de-Seine organisée par Pascal Terracol Architecte DPLG – HDR et David Serero Architecte DPLG Enseignant-Chercheur à l’Ecole, qui aura pour but de mettre en lumière des thèmes qui bousculent actuellement le secteur de la Construction et qui impactent notamment très fortement le métier des architectes.

Ces thèmes, nous les connaissons tous : Intelligence artificielle, big data, simulations, machine learning, deep learning…

Grâce aux puissances de calcul aujourd’hui disponibles et à la création en conséquence d’un volume de données gigantesque (Big Data), les nouvelles approches telles que l’intelligence artificielle bouleversent les processus de conception de l’architecture et le métier de ces concepteurs. Les démarches conceptuelles traditionnelles sont en train de vivre un tournant décisif, puisque la data et les puissances de calcul déportées influencent les résultats et la méthode.

Le deep learning a notamment permis à l’intelligence artificielle, et aux machines d’apprendre à apprendre et à résoudre des problèmes insolvables par l’homme.

Toutes ces nouvelles approches vont forcément engendrer l’apparition de nouveaux métiers, nouveaux rôles, nouveaux super-utilisateurs et super architectes.

Des questions fondamentales se posent :

Quels sont les apports de l’intelligence artificielle sur l’acte de concevoir et de construire ? Comment les outils de l’IA peuvent-ils intervenir dans les processus pédagogiques de l’enseignement de l’architecture ? En aval du projet, quelles sont les implications en termes de construction ? Comment certifier l’empreinte environnementale des composants de l’édifice ? Dans le contexte de l’habitat social et au-delà de la réception de l’ouvrage, quels paradigmes l’IA va-t-elle initier ? Quels sont les équilibres envisageables entre apories et aménités ?

Tous ces débats, toutes ces présentations vont se dérouler à l’Ecole d’Architecture Paris Val-de-Seine le 20 juin. Emmanuel Di Giacomo, Architecte et Responsable du développement des écosystèmes BIM Europe chez Autodesk interviendra par ailleurs à 11H40 pour présenter un sujet sur le Generative Design et l’Intelligence Artificielle.

Découvrez le programme ci-dessous :

Et le très clair résumé de Pascal Terracol, Architecte D.P.L.G.

Détails pratiques :

La présentations se dérouleront ici :

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine – Laboratoire EVCAU – Amphithéâtre 310
3 quai Panhard et Levassor 75013 Paris France
20 Juin 2019

Entrée libre – Inscription souhaitée à evcau@evcau.archi.fr

Site officiel de l’évènement ici.

Camila Tauil, future Architecte Brésilienne montre la voie de la restauration du patrimoine historique au Brésil…en BIM en reconstituant le musée impérial de Petropolis. Interview !

Nous recevons cette semaine une jeune étudiante en Architecture Brésilienne, Camila Tauil, que l’un des Professeurs BIM et CAO très impliqués dans le BIM à l’Ecole d’Architecture Paris Val-de-Seine – Nader Boutros – nous a donné la chance de connaître. Elle a réalisé un travail exceptionnel de reconstitution historique en BIM : La rétroconception et modélisation du Musée Impérial de Petropolis à partir de nuages de points vers un modèle BIM.

Camila Tauil Alves Barreira
https://www.linkedin.com/in/camilatauil
tauil.camila@gmail.com

Bonjour Camila, pourriez-vous svp vous présenter à nos lecteurs et nous dire quel est votre parcours ?

Bonjour à tous, je m’appelle Camila Tauil Alves Barreira, j’ai 23 ans et je suis brésilienne.
Je suis étudiante en architecture et je suis actuellement en train de faire un échange à l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine (ENSAPVS) à Paris.
j’ai fait mon stage à Autodesk Brésil l’année derniére, où j’ai notamment pu apprendre et beaucoup évoluer.

Avez-vous toujours été passionnée par le BIM et les nouvelles technologies ? Comment vous est venue cette passion ?

Oui ! Depuis le début de l’université, ma curiosité pour les nouvelles méthodes de construction utilisant la technologie était déjà grande. Après avoir connu Revit, et suivi un cours spécialisé et avoir compris l’univers du BIM, l’intérêt est devenu encore plus grand.
Mais je crois que cette passion a été consolidée seulement après mon stage chez Autodesk Brésil. Là, j’ai pu avoir un contact direct avec les grandes entreprises d’architecture et de construction qui vivaient dans cet univers, et être immergée à cela fut incroyable et encourageant pour moi et pour mon avenir.

Vous êtes venue passer une année en France dans le cadre de vos études. Pourquoi avez-vous choisi Paris ?

J’ai étudié au Brésil dans une école française de 6 à 14 ans, ayant ainsi un contact avec la culture Française et sa langue depuis l’enfance. Quand j’ai eu la chance de faire un échange, ma seule certitude était que ce serait en France.
J’ai choisi Paris parce que c’est une belle et grande ville où je pourrais expérimenter les formes d’architecture les plus diverses qui existent ici et, en plus d’être une capitale, pouvoir vivre la vie parisienne et profiter de tout ce que la ville offre m’attirait énormément.

Quelles sont les différences que vous voyez entre les études d’architecture au Brésil et en France ?

Difficile de répondre à cette question. Je crois que chaque école d’architecture a son approche d’enseignement et une direction différente, mais ce qui m’a beaucoup marqué à Val de Seine (ENSAPVS), c’est la possibilité de choisir les matières à suivre pendant les semestres, et avec ça les élèves qui sont dans le même semestre ne suivent pas nécessairement les mêmes matières. Au Brésil, les matières sont les mêmes pour les étudiants du même semestre, ils n’ont pas la possibilité de choisir ou de changer de matières.

Comment l’idée de modéliser ce Palais vous est venue ? Avez-vous travaillé seule ?

Le travail de modelisation du Musée Impérial de Petrópolis était une initiative d’Autodesk Brésil avec la Mairie de Petrópolis-RJ pour préserver numériquement le patrimoine historique, mieux gérer les questions de préservation du Palais et aussi créer de nouvelles expériences pour les visiteurs. Le balayage sur le terrain avec le scanner laser et le drone a été fait par une grande équipe, mais toute l’étude des données et la modélisation complète du Musée avec Revit a été faite seulement par moi.

Etait-ce votre premier projet BIM et avec Revit ?

Non. À l’école d’architecture au Brésil tout le semestre nous avons un projet à produire. Après avoir suivi le cours de Revit, tous mes projets à l’université ont été réalisés en BIM.

Etiez-vous impressionnée par ce grand travail de remodélisation ?

Ce travail m’a beaucoup impressionnée depuis le début. Je n’ai jamais travaillé avec le balayage laser/drone et la modélisation 3D à partir de nuages de points. Avoir la possibilité de travailler avec cette technologie, sur un bâtiment aussi important pour mon pays et voir le résultat et ses effets positifs était surprenant.

Quels ont été les difficultés que vous avez rencontré ?

Comme je n’avais jamais travaillé avec ce type de balayage et de modélisation, tout était nouveau pour moi. Au début, j’ai eu du mal à comprendre comment guider la modélisation à partir du nuage de points, mais avec toutes les orientations que j’ai eu sur ce projet, le processus est devenu beaucoup plus facile et plus efficace que si nous relevions le bâtiment de façon manuelle et moins précise.

Quel sera votre prochain grand projet du même type ? Voulez-vous continuer à travailler dans le domaine des monuments historiques ?

D’abord, je dois retourner au Brésil pour finir ma dernière année d’école d’architecture. Après mon diplôme, j’aimerais travailler sur un grand projet dans le domaine du patrimoine historique comme celui-ci à nouveau.

Quels sont vos architectes préférés ?

J’apprécie le travail de beaucoup d’architectes, je crois que pour chacun, qui ont des architectures si différentes, il est toujours possible de tirer des enseignements et des inspirations. Mais les deux architectes qui m’ont toujours inspiré et que j’aime beaucoup sont la brésilienne Lina Bo Bardi et le britannique Norman Foster.

Connaissiez-vous ABCD Blog et Revit Utopic City ?

Malheureusement non ! Après avoir connu Emmanuel Di Giacomo et la présentation de son blog et son travail, je suis devenue une lectrice assidue du blog !

Merci beaucoup Camila. Et maintenant, pour nos lecteurs, l’histoire de la reconstitution du Palais de Petropolis en BIM par cette jeune architecte talentueuse qui a un avenir prometteur.

Processus de rétroconception de modélisation du Musée Impérial de Petropolis à partir de nuages de points vers un modèle BIM

Fin 2017, Autodesk Brésil en partenariat avec Leica Geosystems, Drone Imperial et Realize Tecnologia, a lancé un projet de préservation numérique du Musée Impérial, plus connu sous le nom de Palais Impérial, situé à Petrópolis à Rio de Janeiro. Construit en 1862, ce bâtiment néoclassique était l’ancien palais d’été de l’empereur brésilien Dom Pedro II. Il est actuellement l’un des dix musées les plus visités au Brésil.

Le Musée Impérial, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, regroupe la principale collection relative à l’empire brésilien, en particulier la période dite du deuxième règne, dirigée par D. Pedro II. Environ 300 000 ouvrages de muséologie et de bibliographie sont mis à la disposition des chercheurs et des personnes souhaitant en apprendre davantage sur le sujet.

Au travers de ce projet de modélisation récemment achevé, l’objectif était de mieux gérer les problèmes de conservation du palais et de créer de nouvelles expériences pour les visiteurs. Il est maintenant possible de disposer de données détaillées permettant, par exemple, de calculer avec précision les surfaces à peindre nécessaires pour conserver le bâtiment et de générer d’autres données quantitatives clés. En ce qui concerne l’expérimentation, les images capturées peuvent servir pour réaliser des projets de réalité augmentée, des visites virtuelles, de modélisation 3D, …entre autres initiatives.

Découvrez ci-après les étapes et les méthodologies de travail qui ont abouti à ce travail incroyable soutenu par Autodesk Brésil.

Numérisation et capture :

Le relevé laser et photogrammétrique du Musée Impérial, à l’extérieur du bâtiment et de tous ses détails, ont été réalisés grâce à la technologie de numérisation laser de Leica Geosystems. L’appareil utilisé dans ce projet, la station de numérisation laser P40, a une portée de 270 mètres, une vitesse de capture d’un million de points par seconde et une création d’images pouvant aller jusqu’à 700 mégapixels. Il a fallu quelques changements de positionnement pour que les mesures soient prises tout autour du musée afin que le bâtiment soit entièrement numérisé. En complément de la capture laser, Drone Imperial a procédé à la capture d’images externes et à la cartographie de tout le palais et de ses environs à l’aide de drones.
Après avoir rassemblé toutes les données, Realize Tecnologia a généré toute la documentation finale sur la base du nuage de points via le logiciel Autodesk ReCap.
Généralement, la plupart des tâches de modélisation dans Revit (effectuées sans le recours aux technologies de scan laser avec création des nuages de points) sont créées à partir de mesures manuelles, puis transférées au logiciel pour la modélisation 3D. Dans la plupart des cas, cela provoque une imprécision et une distorsion du travail final en raison d’éventuelles erreurs de raccord et de calcul de mesure, ce qui, avec les nuages de points, est réduit presque totalement.

Analyse des données reçues :

Une fois que toute la documentation et les relevés ont été terminés, Autodesk Brésil a nommé un responsable de l’équipe technique AEC (architecture, ingénierie et construction) pour étudier ces données et lancer le processus de modélisation du Musée Impérial sur Autodesk Revit 2019.
Grâce à toutes les photos, vidéos, nuage de points assemblés dans Autodesk Recap et les nombreuses études sur l’histoire du bâtiment, le projet de modélisation avec Autodesk Revit a pu commencer.

Le processus :

Avec le nuage de points et des photos de drones finalisées, il a été possible d’exploiter directement le fichier ReCap dans Revit.

L’expoitation du nuage de points de Recap vers Revit :

Images du nuage de points dans Autodesk Recap. Vous pouvez visualiser le nuage de points à 360°, isoler des parties intéressantes, nettoyer, retirer et même prendre des mesures.

L’exploitation du nuage de points dans Revit a été réalisée en suivant ces étapes :

Menu > Insert> Point Cloud > sélectionnez le Nuage de Points (fichier au format .rcp ou .rcs)

Avec l’insertion du nuage de points du bâtiment dans Revit, il est possible de l’analyser dans n’importe quelle vue tridimensionnelle ou projection orthographique.

Organisation, préparation et création de familles dans Revit :

Une grande étape sur l’organisation du travail a porté sur la création des familles néoclassiques du XIXe siècle dans Revit (Portes, fenêtres, colonnes, vases, ornements de façades, … etc). Tout a été créé avec Revit à partir du nuage de points afin que la modélisation 3D puisse être réalisée avec le plus de détails possible.

Modélisation Revit :

Après la création de toutes les familles nécessaire pour la modélisation du bâtiment, la suite de la modélisation sur Revit se fait normalement, toujours en fonction du nuage de points. Murs avec les épaisseurs correctes, toitures avec pentes précises, escaliers, rampes, structures, le tout dans sa forme exacte afin de créer un modèle le plus proche possible du bâtiment existant.

Modélisation terminée :

Lien pour la visualisation du projet final rendu avec Revit en vue panoramique : Modélisation du Musée Impérial de Petrópolis

Lien vers article en portugais et explication du process de rétroconception.
Écrit et traduit par Camila Tauil Alves Barreira.