Bryden Wood donne vie au futur de la construction au Royaume-Uni – Interview de Jesus Perucho Alcalde, Digital Delivery Information Manager

Bonjour à tous, cette semaine, nous avons l’honneur et le plaisir de recevoir une société britannique d’architecture et d’ingénierie de premier plan – Bryden Wood – et son Digital Delivery Information Manager, Jesus Perucho Alcalde, architecte de formation. Ils innovent au quotidien dans leur pratique depuis des années et repoussent les limites du possible. Ils ont été au début de cette année désignés pour diriger la transformation numérique du secteur de l’AEC au Royaume-Uni.

Jesus Perucho Alcalde
Associate (Digital Delivery Information Manager)
JPeruchoAlcalde@brydenwood.co.uk
+44 (0)20 7253 4772
100 Grays Inn Road, London, WC1X 8AL. United Kingdom

Site web officiel Bryden Wood

Bonjour Jésus, pourriez-vous d’abord vous présenter et nous parler de votre parcours ? Et nous expliquer ce qui vous a amené à l’AEC dans vos études ?

Bonjour Emmanuel. Merci pour votre invitation.

J’ai commencé mes études aux Beaux-arts à Madrid. Je me débrouillais bien et j’appréciais mon père, le Dr Jesus Perucho Lizcano, architecte et enseignant à l’école d’architecture, qui m’avait suggéré de m’initier à l’architecture pour voir si cela me plairait. Je me rends compte aujourd’hui que c’est la meilleure chose que j’ai pu faire. J’ai été diplômé en architecture en 2003 à l’ETSAM de Madrid. J’ai également étudié pendant un an à l’Illinois Institute of Technology de Chicago en 2000 et j’ai passé un MBA en 2012.

Étiez-vous déjà passionné par les nouvelles technologies lorsque vous étudiez ou cela est-il né pendant vos missions dans certaines entreprises ?

Depuis que je suis étudiant, j’ai également eu l’influence de mon père qui, à cette époque, il y a 20 ans, utilisait un logiciel BIM allemand. J’ai eu ma propre licence d’étudiant à ce moment-là. Mais c’est plus tard, lorsque j’ai travaillé en tant qu’architecte, où j’utilisais ArchiCAD pour accélérer la production de mes dessins que j’ai commencé à comprendre l’importance de la 3D. Plus tard en 2008, je travaillais dans une société allemande à Dubaï et j’ai alors appris à me servir d’Autodesk Revit. Cela a changé la donne pour moi. En 2009, j’ai ouvert un centre de formation Revit à Madrid, 1Auno Academia, où j’enseignais Revit aux architectes et aux étudiants. Depuis lors, j’ai toujours aimé découvrir de nouvelles choses sur la manière dont la technologie peut aider le processus de conception et de construction. En 2014, je suis arrivé à Londres et j’ai rejoint Foster + Partners en tant que coordinateur BIM. J’occupais le rôle de BIM Manager pour le NAICM, le Nuevo Aeropuerto Internacional de Mexico, où nous avons défini toute la stratégie BIM, modélisé les modèles architecturaux de tous les bâtiments. et coordonné les maquettes BIM de tous les entrepreneurs. Cela représentait un total de plus de 750 000 m² avec une géométrie complexe, entièrement en BIM (modélisée avec Rhino et Grasshopper pour la géométrie du toit et un mélange d’autres outils dont Revit bien entendu).

Ce projet était très exigeant. Cela restera certainement le plus gros projet sur lequel j’ai travaillé de toute ma vie.

Maintenant, pourriez-vous nous en dire un peu plus sur Bryden Wood (histoire, lieu, employés, etc.)? Quelles sont les principales industries que vous couvrez et quels sont vos domaines d’expertise ?

Bryden Wood a débuté il y a environ 25 ans en tant qu’agence d’architecture. Plus tard, ils ont intégré des ingénieurs structure, puis fluides et CVC, plomberie. Depuis le début, ils ont été attachés à l’utilisation de technologies numériques. Les fondateurs, Mark Bryden et Martin Wood, ont notamment cherché de nouvelles méthodes de travail et de transformation du secteur, telles que la systématisation, la conception pour la fabrication et la construction hors site, entre autres.

À l’heure actuelle, tous ces domaines sont largement couverts en tant que domaines d’expertise, services fournis, en plus de la conception intégrée (conception architecturale et technique), BIM, analyse de données, conception de l’optimisation des actifs, conception DfMA pour la fabrication, systématisation, plates-formes, automatisation des processus de conception et de construction d’architecture et d’ingénierie et de la pensée participative.

Vous couvrez à la fois l’architecture et l’ingénierie, n’est-ce pas ? Quelle est la répartition en termes de couverture de secteurs et métiers des employés ?

Oui, nous travaillons à la fois en architecture et en ingénierie : structure, ingénierie et génie civil.

Il y a des équipes pour chaque discipline. Toutes les disciplines peuvent donc être réalisées en interne avec des équipes dédiées, ce qui facilite beaucoup la communication et la coordination entre les équipes de différentes disciplines.

Vous travaillez à la fois sur des projets d’infrastructure et de bâtiment ? Quelle est la différence en termes de travail en BIM sur ce type de projets ?

Il n’y a pas de grande différence. Ces deux types de projets possèdent à la fois la géométrie et les informations. Les deux ont besoin d’une approche similaire au stade de la conception. On pourrait notamment parler de la différence d’échelle, à titre d’exemple. Mais si l’échelle est un élément clé, vous pouvez contrôler le niveau de détail. Si vous créez un outil applicable dans tout le pays, par exemple à toutes les autoroutes d’Angleterre, vous ne pourrez pas, dès le début, créer un modèle BIM très détaillé. Vous devez utiliser des outils très légers et rapides, vous devez travailler avec des lignes et des informations uniquement, pas des modèles lourds. Et lorsque vous avez optimisé la conception, vous pouvez créer un modèle BIM plus précis de certaines parties.

Comment vous différenciez-vous de vos concurrents ? Quels sont vos différenciateurs clés ?

Pour être bref, je dirais que c’est l’approche de la technologie. Le BIM est un état d’esprit, pas un logiciel.

Il est important de comprendre la technologie pour vous aider à atteindre ce que vous imaginez. C’est pourquoi notre équipe s’appelle Creative Technologies. Vous avez toute la technologie à portée de main. Il suffit juste d’être créatif avec cela.

Nous savons que vous êtes des experts reconnus de la préfabrication, DFMA et construction industrialisée. Que pourriez-vous nous dire à ce sujet ?

Bryden Wood possède une vaste expérience en matière de conception pour la fabrication et l’assemblage. Nous avons été conseillers gouvernementaux afin de définir les normes de l’industrie concernant le DFMA au Royaume-Uni avec la création d’un document intitulé « Plateformes, Combler le fossé entre la construction et la fabrication ». Il existe une culture profonde consistant à aider le secteur de la construction, à gagner du temps et à réduire les coûts des processus de construction grâce à des processus et des flux de travail numériques, à la fabrication hors site et au montage sur site. Nous avons développé plusieurs projets et construit à Londres, au Royaume-Uni, en Russie et à Singapour par exemple.

Quels sont les projets clés sur lesquels votre entreprise a travaillé ou travaille actuellement ?

Pour n’en nommer que quelques-uns : la gare Crossrail à Londres, la création d’une plate-forme web numérique basée sur le Big Data pour les logements modulaires et les écoles modulaires à Londres, et création et développement d’une plate-forme d’ingénierie automatisée appelée REM pour Highways England.

Pourquoi le BIM est-il si important pour votre entreprise ?

Le BIM est l’outil d’utilisation quotidienne pour tous les projets.

Chez Bryden Wood, tout est conçu directement en 3D et en BIM avec Revit, ou d’autres outils, avec des informations attachées tout au long du processus.

Le BIM est la connexion et l’interaction de tous les outils. Le BIM est l’environnement, le liant qui relie tout, l’essence, ce n’est pas un logiciel de modélisation.

Quel est votre rôle chez Bryden Wood ? Pourriez-vous nous expliquer vos responsabilités et tâches quotidiennes ?

J’ai un rôle de Digital Delivery Information Manager.

Mes responsabilités concernent l’ensemble des technologies et des flux de travail liés au BIM (Londres, St Albans, Barcelone et Singapour) et des disciplines (Architecture, Structure, MEP).

Mes tâches quotidiennes consistent à aider sur certains projets, tels que REM 2.0 (Highways), à mettre en place une stratégie BIM cohérente et des processus similaires à ceux du projet Old War Office à Londres, de définir une stratégie permettant de mettre en œuvre un grand nombre de paramètres FM dans un projet qui peut être un exemple à suivre pour de nombreux data centers en Europe du même client, en s’assurant que nous appliquons notre propre stratégie BIM et nos normes dans les projets, en modélisant les meilleures pratiques ou en procédant à un audit d’analyse de la qualité des modèles à émettre, en veillant également à ce que nous utilisions les outils et logiciels les plus modernes disponibles sur le marché.

Une partie de mon rôle consiste également à m’occuper des relations extérieures dans le secteur de l’AEC en Espagne, au Mexique et dans d’autres pays européens.

En tant que responsable BIM, gérez-vous principalement les personnes ou utilisez-vous également des technologies ?

Fondamentalement, je gère des technologies, les technologies du BIM pour être plus précis. Je dois être au courant de l’état de l’art de l’industrie et de la façon dont les choses se font dans la pratique. Pour cela, il existe une équipe de BIM managers très expérimentés par discipline : Mohamed Ellithy pour Structures, Jacob Johnson pour l’Architecture et Robert Attwell pour le MEP.

Quelles sont les principales technologies BIM utilisées par Bryden Woods ?

En tant qu’outil de création, nous utilisons principalement Autodesk Revit. Mais comme vous le savez, le BIM ne concerne pas les logiciels, mais l’intégration, il faut trouver le meilleur outil pour chaque sujet. Nous utilisons donc beaucoup Rhino et Grasshopper, ainsi que Dynamo pour Revit, Autodesk Navisworks, mais également un logiciel mécanique pour le DfMA, QGIS, Tableau et de nombreux autres logiciels et plugins. Nous créons nos propres outils si nous en avons besoin. C’est là que réside la plus grande partie de la puissance de notre équipe Creative Technologies.

À votre avis, quelle technologie BIM a été un facteur clé de disruption pour le secteur de l’AEC ?

Tous les outils de création disponibles sur le marché ont été très perturbants au moment de leur apparition, comme Autodesk Revit. De nombreux projets internationaux à l’heure actuelle tirent vraiment parti de l’utilisation de ces outils. Avant le BIM, de nombreux autres outils devaient être créés manuellement pour générer des éléments complexes. Par exemple, un script Excel pouvait générer les coordonnées 3D de points pour créer une géométrie complexe, comme le célèbre projet St Mary Ax, ou The Gherkin, à Londres, par Norman Foster.

Conception générative, IA, robotique, DFMA, conception informatique, capture de la réalité. Quelles sont les tendances auxquelles vous participez et que vous pratiquez ?

En ce qui concerne la conception générative, nous appliquons des outils d’optimisation pour résoudre des problèmes géométriques basés sur des algorithmes génétiques (GA).

À l’aide d’un modèle paramétrique, défini par des variables géométriques et structurelles, nous définissons une fonction d’optimisation afin de maximiser / minimiser une valeur spécifique. En utilisant GA, nous combinons automatiquement les données et générons de nouvelles solutions, en enregistrant le meilleur pour la conception future. Ce processus a été appliqué à divers projets afin de maximiser l’efficacité des bâtiments sur le site.

Nous avons testé la version beta de Project Refinery d’Autodesk, ainsi que d’autres plugins pour Grasshopper for GA.

En ce qui concerne l’IA, nous effectuons des études d’apprentissage automatique.

Dans l’équipe de robotique de Creative Technologies, nous étudions de nouvelles façons de mettre en œuvre l’automatisation et la robotique dans la construction de projets architecturaux à grande échelle, en nous concentrant sur la création de flux de travail homogènes reliant la conception et la fabrication robotique. Nous développons des outils de conception et de programmation robotique basés sur les données, dans le but de faciliter l’intégration de technologies de fabrication avancées dans l’architecture et la construction.

Le DFMA (Digital Fabrication for Manufacturing and Assembly) est l’une de nos compétences clés, comme je l’ai déjà dit.

La conception informatique, sous toutes ses formes, est profondément ancrée dans la pratique quotidienne, créant des scripts personnalisés dans Dynamo pour Revit pour les géométries complexes, l’extraction de données dans Grasshopper pour Rhino, pour de nombreuses utilisations, de la modification géométrique à la conception structurelle, l’analyse énergétique, la conception générative, l’analyse et l’extraction de données et l’optimisation de la conception.

À propos de la capture de la réalité, nous effectuons également une numérisation 3D de bâtiments existants afin de créer des modèles BIM précis à partir d’actifs existants pour nos clients.

Travaillez-vous également sur la construction modulaire ? Si oui, pourriez-vous s’il vous plaît nous donner quelques exemples ?

Oui, et cela est très lié au DFMA. Nous développons des projets pour nos clients afin de systématiser des pièces ou l’ensemble du bâtiment afin qu’il puisse être fabriqué hors site. Pour cela, le bâtiment et les pièces doivent être modulaires, répétitifs, normalisés, les modules de transport doivent être adaptés aux dimensions d’une remorque et à de nombreuses autres règles. Nous avons mis au point des projets très détaillés allant de la stratégie aux modèles de fabrication de logements et d’écoles en vue de leur mise en œuvre au Royaume-Uni.

Quelles sont les difficultés liées à la gestion du BIM et à la transformation numérique d’une telle entreprise ?

La transformation numérique de la société est dirigée par Phil Langley, directeur du conseil d’administration et responsable de l’équipe des technologies créatives à laquelle j’appartiens. Je ne suis responsable que du côté BIM, qui en fin de compte est également connecté à d’autres outils. Il est donc essentiel de rester en contact et de coordonner les activités de tous les membres de l’équipe. C’est très difficile pour moi et j’apprends beaucoup de mes collègues de l’équipe.

Pouvez-vous nous donner un exemple des projets les plus passionnants sur lesquels vous avez travaillé et des approches novatrices que vous avez utilisées ?

À Bryden Wood, je participe à des projets à la technologie étonnante, comme celui intitulé GLA : Il s’agit d’une plate-forme Web fonctionnant sur la base d’un moteur de jeu. C’est un outil de conception génératif qui compile d’un côté les analyses Big Data de la ville de Londres données pour le logement résidentiel à tous les niveaux : ville, quartier, parcelle, appartement et chambre. Il compile également les règles de construction.

Avec cette entrée et la sélection manuelle sur l’outil Web d’un tracé et d’une forme, vous pouvez créer avec des curseurs de paramètres votre propre cuisine de bâtiment et affecter automatiquement les types d’appartements de 1, 2, 3 ou 4 chambres à la suite des règles obtenues par le Big Data. En outre, il vous indiquera s’il est possible de fabriquer un quantitatif et résumé et exportera également un modèle BIM pour la conception. Cet outil a été développé pour la London Housing Authority et sera gratuit pour les utilisateurs via Internet.

En outre, l’outil de modélisation technique Rapid, développé par REM pour le programme SMP Smart Motorways de Highways England, change véritablement la donne dans l’industrie. C’est également un moteur de règles qui acquiert toutes les informations du réseau routier, les analyse de manière topographique et environnementale, les optimise et fournit la conception optimale pour la localisation des signaux, les ponts, les murs de soutènement et une conception entièrement optimisée de l’ensemble du réseau autoroutier. Ces informations sont stockées dans une base de données. Vous pouvez y accéder à partir de tableaux de bord, d’images, de cartes et de navigation dans la réalité virtuelle.

Je n’en cite que deux, mais il y a d’autres projets incroyables comme celui-ci.

Venant d’Espagne, comment voyez-vous la différence entre l’Europe du Sud et la Grande-Bretagne ? Plus avancé et leader au Royaume-Uni ? Et pourquoi ?

Oui, je dirais qu’au Royaume-Uni le marché est plus mature, l’industrie du BIM, du DfMA, et la numérisation en général sont plus établis. Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela. L’une d’elles est la culture en général elle-même, plus pragmatique au Royaume-Uni et proactive en termes de recherche d’efficacité. Cela a incité le gouvernement britannique à lancer le groupe de travail BIM au Royaume-Uni en 2011, obligeant tous les projets publics à atteindre le niveau 2 de BIM d’ici à 2016. Dans d’autres pays, comme l’Espagne, le retard pris est considérable, mais il est en voie de le devenir.

Les étudiants espagnols de l’AEC sont-ils bien formés et préparés à cette révolution ?

Avant, il était difficile de trouver une bonne formation BIM (comme je vous l’ai dit, j’avais moi-même une école de formation BIM il y a 10 ans à Madrid). Heureusement, il est maintenant plus facile de trouver une bonne formation BIM, car de nombreuses écoles et associations d’architectes privées et publiques offrent une formation de qualité. J’espère seulement que cela ne restera pas seulement appliqué au BIM, mais que cela se généralisera à tous les aspects de la technologie numérique.

Pensez-vous que l’obligation BIM était une bonne idée pour le Royaume-Uni et le recommanderiez-vous à d’autres pays comme la France pour accélérer sa transition digitale ?

Absolument, pousser le BIM pour le secteur du BTP doit venir du gouvernement si l’on veut que cela réussisse pleinement. Sinon, le secteur et les autorités seront déconnectés, il y aura de grandes lacunes dans l’offre des entreprises, du secteur universitaire, et il n’y aura pas de normes, de règles ou de terrain d’entente pour le BIM. Le secteur français de l’AEC gagnerait beaucoup à ce que le gouvernement français mette en œuvre une obligation BIM visant à aider le secteur.

Votre directeur a récemment été nommé pour diriger la transformation du secteur de la construction pour le gouvernement britannique, félicitations. C’est une véritable reconnaissance sur le marché. Comment allez-vous mener ces efforts ?

Oui, Jaimie Johnston a été nommé responsable de la conception de la nouvelle transition digitale appelée «Transforming Construction Alliance», qui a remporté une offre de financement d’un montant de 72 millions de livres sterling pour transformer la manière dont les bâtiments publics sont conçus, fabriqués, intégrés et connectés au Royaume-Uni. Le travail consistera principalement à adopter une « approche de plate-forme » pour la conception et la construction, maintenant que le gouvernement britannique a pleinement adopté nos suggestions à cet égard. Nous déploierons une équipe d’architectes et d’ingénieurs pour travailler sur le projet cette année.

De votre côté, êtes-vous toujours en train de concevoir des projets ou êtes-vous principalement à l’origine de l’innovation technologique et de l’adoption par Bryden Wood ?

Pour l’instant, je suis uniquement focalisé sur les sujets technologiques, mais j’aide également à des projets et je suis impatient de jouer un rôle plus actif dans la phase de conception également. Nous sommes tous deux architectes, n’est-ce pas ? Je pense que nous apprécions tous cela, n’est-ce pas (sourire) ?

Faites-vous principalement des projets au Royaume-Uni ou également à l’étranger ? Quels sont vos projets pour développer vos activités en France ?

Principalement au Royaume-Uni. Mais nous avons des projets réalisés à Singapour pour GSK, en Russie et à Hong Kong. Nous serons bientôt en Espagne et j’espère aussi en France.

Y a-t-il des choses spécifiques sur votre entreprise que vous voudriez partager avec nos lecteurs français ?

Nous sommes ici pour aider les entreprises à réaliser des projets incroyables. Alors, si vous avez des idées, faites-nous participer ! Je vous remercie !

Cher Jésus, merci beaucoup pour votre interview passionnante. Continuez à nous surprendre avec votre grande société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *