La Ville de Paris dévoile l’équipe lauréate du concours destiné à réimaginer le Site de la Tour Eiffel à l’aide du BIM

L’équipe Gustafson Porter + Bowman a été désignée aujourd’hui par la Mairie de Paris, lauréat du concours pour le réaménagement du « Grand site » de la Tour Eiffel, qui comprend les jardins du Trocadéro et le Champ de Mars, ainsi que la Tour Eiffel et son esplanade. L’annonce a été faite par Anne Hidalgo, Maire de Paris, Jean-Louis Missika et Jean-François Martins, maires adjoints de Paris.

L’équipe Gustafson Porter et Bowman intègre les sociétés suivantes : Gustafson Porter et Bowman, agence de paysage, Chartier et Corbasson architectes, Atelier Monchecourt & co architectes, Sathy urbaniste, agence Devillers & associés urbanistes, Ma-Geo Morel, VPEAS, BIM services, Inex, Bollinger + Grohmann, Gevolys et Yris.

© Equipe Gustafson Porter + Bowman – 2019
© Equipe Gustafson Porter + Bowman – 2019
© Equipe Gustafson Porter + Bowman – 2019

L’an dernier, Autodesk a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec la Ville de Paris pour créer et utiliser une maquette 3D intelligente du site, soit les 2,4 kilomètres carrés, et pour utiliser le processus de Modélisation des Informations du bâtiment (BIM) tout au long du projet. En collaboration avec les sociétés WSP et Gexpertise, nous avons créé le plus grand modèle urbain en son genre, comprenant les bâtiments, les routes et les infrastructures, les zones piétonnes et les passages à niveau, le mobilier urbain et les espaces verts. Le modèle a été dévoilé en mai 2018, ainsi que les noms des quatre équipes sélectionnées pour concourir à la refonte de la zone : Gustafson Porter + Bowman, AL_A ; Agence ter, et KOZ Architectes.

Autodesk a travaillé en étroite collaboration avec les équipes finalistes tout au long de l’année pour les aider à visualiser leurs conceptions, en leur donnant accès à une version simplifiée du modèle 3D dans Autodesk Infraworks qui a été utilisé lors des différentes étapes du processus. Nous avons également organisé des ateliers pour aider les équipes à collaborer en interne et à comprendre les enjeux du site existant, mais aussi pour définir des méthodes de travail et intégrer les modèles des propositions des participants au concours.

« Autodesk est fier d’avoir accompagné pendant un an la Ville de Paris et les quatre équipes finalistes dans ce dialogue compétitif autour de ce projet de grande envergure, unique au monde. L’utilisation d’une maquette numérique intelligente, d’outils de visualisation immersifs en 3D et la mise en place de méthodologies collaboratives ont permis d’accélérer considérablement la prise de décision et la réduction d’erreurs potentielles. Ainsi, les membres du jury ont pu se plonger virtuellement dans les projets pour visualiser l’ensemble des aménagements proposés mais aussi ressentir et expérimenter le futur parcours des visiteurs. Nous félicitons la Ville de Paris pour leur engagement dans ce pari numérique, l’équipe gagnante et l’ensemble des finalistes pour l’adoption de méthodes qui illustrent le futur du secteur de l’architecture et du BTP », déclare Nicolas Mangon, vice-président AEC (Architecture, Ingénierie, Construction) Stratégie et Marketing chez Autodesk.

Les quatre propositions des équipes ont été dévoilées aujourd’hui sous la forme d’expériences immersives. En visualisant leurs projets en 3D avant leur construction, la Ville de Paris prévoit ainsi une réduction des erreurs, une plus grande clarté et collaboration avec l’équipe gagnante. C’est aussi l’opportunité d’impliquer le public dans le processus. Les modèles ont également été utilisés par le jury lors de la prise de décision finale pour mieux comprendre les quatre propositions avec un référentiel commun et pour vivre ce que les futurs visiteurs expérimenteront sur place.

La rénovation du grand site Tour Eiffel devrait être achevée juste à temps pour les Jeux Olympiques d’été de 2024 et avant d’autres événements majeurs dans la ville, notamment l’Exposition Universelle de 2025 et la Coupe du monde de rugby de 2026. Mais le relooking n’est pas que cosmétique. Cette rénovation aidera la Ville de Paris à relever les défis croissants liés à l’énergie, la végétalisation, les réseaux d’approvisionnement, la mobilité, la logistique, la gestion des déchets, la sécurité et les risques d’inondations.

Maintenant que l’équipe gagnante a été dévoilée, le public est invité à partager ses commentaires sur le projet. Les quatre projets seront exposés au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre d’une exposition d’une durée d’un mois. L’équipe gagnante tiendra compte des commentaires et mettra en œuvre les changements en fonction des besoins du projet. Une fois la conception finalisée, elle fera l’objet d’analyses, de simulations et d’approbations officielles nécessaires avant l’obtention d’un permis de construire d’ici le début 2020 pour que la rénovation puisse commencer.

Découvrez en vidéo les 4 projets des finalistes :

Les lauréats Gustafson Porter + Bowman :

Amanda Levete Architects :

KOZ Architectes :

Agence Ter :

Découvrez les étapes du processus de création du modèle 3D du grand site de la Tour Eiffel :

Venez nombreux découvrir ces projets qui sont en exposition au Pavillon de l’Arsenal !

Le National BIM Report 2019 de NBS de nos voisins Britanniques est disponible et riche d’informations de qualité sur le développement du BIM au Royaume-Uni

Le National BIM Report de NBS (National BIM Specifications) au Royaume-Uni est devenu une institution et un baromètre qui permet de comprendre l’état d’avancement du BIM au Royaume-Uni et d’analyser ce qui fonctionne et ce qui reste à améliorer. On y découvre aussi des témoignages passionnants dans un pays clairement en avance par rapport à ses voisins.

Sur la partie de l’étude auprès des professionnels, on retrouve de manière extrèmement intéressante des chiffres et conclusions relativement similaires à ceux que l’étude des Cahiers Techniques du Bâtiment / Autodesk nous avait apportés pour le marché français.

Ces chiffres sont intéressants et significatifs puisque NBS mesure l’adoption du BIM au Royaume-Uni depuis plus d’une décennie et au cours de cette période durant laquelle les tendances générales de la sensibilisation au BIM et le taux d’adoption sont passés d’un peu plus de 10% en 2011 à environ 70% en 2019.

En termes de technologies et de formats, l’utilisation du standard d’échange ouvert IFC augmente avec plus de 77%, ainsi que le format COBie requis au Royaume-Uni. Comme les années précédentes, la solution BIM Autodesk Revit s’impose comme la plus utilisée parmi les sondés, avec plus de 46% des répondants, à comparer avec les 15% pour Graphisoft ArchiCAD.


Cependant, cette dernière étude met aussi en lumière des stagnations en termes d’adoption, peut-être liées à une montée de l’incertitude dans le leadership de la stratégie du Gouvernement Britannique dans le déploiement du BIM et dans cette difficulté à transférer les exigences BIM des clients des gouvernements centraux vers les collectivités locales.

A l’instar des années précédentes, la façon dont le BIM est défini est un facteur clé de succès. Pour certains, l’adoption du BIM est liée à la production de documentation de projets et de plannings 4D en utilisant la modélisation 3D. Pour d’autres, cependant, le BIM est défini par des normes pertinentes décrivant le BIM en tant que processus, telle que la nouvelle norme ISO 19650 qui était publiée alors que cette enquête avait lieu et une autre série de normes publiées, ainsi que la transition de la série des PAS 1192.

Cette enquête recense aussi un certain nombre des principaux obstacles à l’adoption du BIM, comme la formation, le temps nécessaire pour se mettre au niveau et le manque d’outils standardisés. NBS qui développe d’ailleurs des outils, a cherché à aligner le contenu et son logiciel NBS à la méthode de travail ISO pour permettre à ses clients de produire plus facilement des livrables BIM au sein de leurs équipes de projet pour leurs clients.

Cette étude constate également des tendances négatives et des points qui pourraient suggérer l’émergence d’une « industrie à deux vitesses » tels que le «BIM engagé» et les «retardataires du BIM».

Pour les partisans de ce processus, 60% de ceux qui ont utilisé BIM ont vu des gains d’efficacité de l’ordre de 22%. Vous trouverez aussi de nombreux reportages intéressants sur l’intelligence artificielle, le BIM pour les pays défavorisés, le nouveau standard ISO19650, le BIM en Irelande, les industriels, etc.

Vous pouvez télécharger ce rapport passionnant sur le BIM de NBS en cliquant ici.

Le BIM chez Veolia Water Technologies – Reportage vidéo

Le BIM est un processus de travail collaboratif permettant à différents acteurs d’assurer la conduite et la réussite d’un projet. Depuis 2014, la Société OTV a opéré sa transition vers ce processus avec toute une équipe dédiée d’experts qualifiés.

VEOLIA c’est un effectif de 163 000 collaborateurs répartis sur les cinq continents représentant trois pôles d’activités : eau, propreté et énergie, pour un CA de 25 milliards d’euros dont 44% pour VEOLIA Eau. Sur les marchés municipaux et industriels, VEOLIA Water Technologies représente 9200 collaborateurs dont 1900 en France.

Nous avions d’ailleurs reçu et interviewé Tony Bodelot, Coordinateur Département BIM Tools chez VEOLIA Water Technologies

Découvrez cette semaine la vidéo de témoignage de Tony et toute son équipe présentant leur offre ici.

BIM Portal et CSTC, nos amis Belges drivent le BIM et mettent à disposition des documents clés pour l’adoption

Nos voisins belges sont incroyables et nous étonnerons toujours. Afin de démocratiser le BIM auprès des entreprises du BTP, ils ont créé un site de sensibilisation et d’information dédié au BIM : le portail BIM (BIMportal) mis en place par le CSTC

Le bimportal.be souhaite à terme devenir le portail de référence belge en matière de BIM et de technologies numériques pour les professionnels de la construction.

Ils permettent ainsi d’offrir aux professionnels un accès facile à des informations pertinentes et de qualité ainsi que la possibilité de partager des informations.

Ils ont notamment publié récemment un certain nombre de guides de modélisation et conventions BIM :

  • Le protocole BIM belge
  • Le plan d’exécution BIM belge (à venir)
  • Fiche d’aide pour les conventions de modélisation BIM
  • Classificatiefiches BIM / Les systèmes de classification et le BIM
  • Matrice de compétences BIM
  • Le deviseur-métreur et le BIM

Vous pouvez découvrir et télécharger ces documents en cliquant ici.

Le portail BIM est une initiative du Comité technique BIM & ICT du CSTC (Centre Scientifique et Technique de la Construction).

Du BIM Construction au BIM GEM (Gestion, Exploitation et Maintenance) sur les grandes opérations. Conseils et méthodes de l’IFPEB et du PTNB

Ce document qui décrit le passage du BIM Construction au BIM exploitation sur les gros projets s’adresse essentiellement aux porteurs de projets souhaitant gérer leur patrimoine de manière optimale, afin d’y apporter une valeur ajoutée réelle, notamment sur les bâtiments d’une certaine taille. Créé par l’IFPEB sous le patronage du PTNB, il propose ainsi une définition du BIM-GEM et une méthodologie appropriée de mise en œuvre, à partir de la ou des maquettes BIM – Construction.

Cette valeur ajoutée citée précédemment se renforcera dans le temps et dans la vie de l’actif, notamment en termes :

  • De maîtrise technique
  • De pilotage des transformations du bâtiment (adaptation à l’usage, améliorations, etc.)
  • De nouvelles fonctions utilisateurs et exploitants
  • De mémoire du bâtiment et mise jour de l’information
  • De mesure des performances

Actuellement, les maîtres d’ouvrages éprouvent des difficultés à exprimer et formaliser leurs besoins afin qu’en fin de construction d’un ouvrage neuf, l’information utile à l’exploitation puisse être structurée, récupérée, transformée et exploitée. Des embryons de spécifications peu précises apparraissent dans les appels d’offres publics et privés, mais elles ne permettent pas une réelle mise en oeuvre et sont totalement déconnectées et inadaptées aux solutions de gestion ad-hoc (GMAO, FM, GTB…).

Découvrez les bonnes pratiques au travers de ce guide très complet et détaillé afin de bien préparer la future gestion de votre patrimoine de manière optimale et de réaliser de belles économies et un retour sur investissement dont seul le BIM est le maître.

Coordonner efficacement les différents intervenants (propriétaires, locataires, facility
managers.) est la clé et l’objectif but du BIM-GEM est de faciliter la vie des propriétaires, gestionnaires, exploitants et utilisateurs, au quotidien. En conclusion, quatre outils BIM-GEM sont présentés en fin de document.

Découvrez cet excellent document sur le BIM-GEM en cliquant ici.

Le Concours BIM Polantis 2019, une escale à Evry-Courcouronnes à la conquête des Pyramides !

Le Concours BIM 2019, au cœur des Pyramides d’Évry-Courcouronnes

Pour la quatrième édition du Concours BIM dont Autodesk était sponsor l’année passée, Polantis s’est associé à Évry-Courcouronnes et situe le projet sur lequel les candidats du concours devront plancher au cœur du mythique quartier des Pyramides. L’année passée, les vainqueurs Marisol Declercq et Emmanuel Lara avec leur projet Nouvel Air avaient utilisé Autodesk Revit, ainsi que les lauréats de la 3ème place.

Cette édition 2019 soulève plus fortement que précédemment la question du contexte urbain et social : quelle architecture pour quel site ? Quelle proposition programmatique pour quel quartier ? Quel élan pour accompagner la réhabilitation d’un « grand ensemble » ?

Un Projet de Rénovation Urbaine des Pyramides a été validé en Comité National d’Engagement le 23 juin 2005. Il a permis la réhabilitation de plus de 900 logements, la restructuration d’une partie des espaces publics et des espaces verts, la démolition des bâtiments les plus dégradés. L’ilot Caravelle Nord, est – pour le moment – un terrain vague : c’est sur ce site que les candidats devront imaginer un projet.

Dans le cadre de ce concours d’idée, les candidats réfléchiront à la création d’un centre socio-culturel. Cet équipement de quartier aura une vocation sociale globale, il sera ouvert à l’ensemble de la population habitant à proximité, offrant accueil, animation, activités et services à finalité sociale.

Quels sont les enjeux pour les candidats ?

Tout d’abord, les candidats du Concours BIM 2019 devront concevoir ce centre socio-culturel en prouvant qu’ils ont utilisé une démarche BIM.
Le « Building Information Modeling » (BIM) ou, dans sa transcription française, la « modélisation des données du bâtiment » est une méthodologie de travail ou un processus destiné à produire des modèles de construction, sous la forme de maquettes numériques renseignées, structurées et riches.
Une révolution qui modifie profondément la façon de concevoir les bâtiments, mais également la manière de les construire, de les maintenir et de les exploiter.
Ils devront aussi mettre l’accent sur l’implantation centrale de ce bâtiment au cœur du site – des îlots d’habitations à forte densité – notamment en travaillant sur les espaces transitoires, les liens intérieurs/extérieurs, public/privé.

Enfin, pour démontrer que leur projet a été conçu dans le respect des normes thermiques et environnementales actuelles, les candidats auront la possibilité d’utiliser une plateforme de calcul thermique. L’objectif ? Réaliser une étude rapide garantissant les performances énergétiques du bâtiment.
Graitec, sponsor de cette édition est éditeur du logiciel ArchiWizard destiné à la réalisation de ce type d’études : une licence sera offerte à chaque équipe de candidats, le temps du concours. Graitec est aussi l’un des partenaires Revendeurs les plus importants d’Autodesk au statut Platinium.

Une soirée de questions-réponses sera organisée le 27 mai 2019. A cette occasion, les futurs candidats seront invités à poser leurs questions pour mieux appréhender le programme et les critères de jugement.

L’intégration des objets BIM, la maîtrise de l’information du projet

Aux côtés de Graitec (ArchiWizard) et de la Fondation Excellence SMA, les fabricants sponsors du Concours BIM sont Onduline, Velux, Reckli, La Toulousaine et Lafarge. Ils mettent leurs objets BIM à disposition des candidats pour les accompagner dans leur projet.


Ces avatars numériques des produits de la construction permettent d’accéder en un instant à toute l’information utile aux concepteurs et de contribuer à la parfaite maintenance des bâtiments.

Les caractéristiques du bâtiment dépendent fortement des caractéristiques des produits installés. Afin de construire mieux grâce au BIM, l’information contenue dans les objets BIM a donc une grande valeur : le Concours BIM demande aux candidats d’établir ce constat eux-mêmes lors de la conception de leur projet.

Quels partenaires pour la 4ème édition ?

Le Concours BIM sera accompagné de partenaires qui agissent au quotidien pour promouvoir le numérique dans le bâtiment : l’Ordre des Architectes, l’UNSFA, le Club BIM Prescrire, ADN Construction, Highline, HEXABIM, BTP.tv et Volumic.

Quelles dotations ?

Comme les années précédentes, l’équipe d’architectes lauréats se verra récompensée d’une prime de 10000€, les deuxième et troisième projets lauréats recevront respectivement 5 000€ et 2500€.

La soirée de remise des prix se déroulera le 3 octobre 2019 à Paris au siège de la Fondation Excellence SMA. Elle réunira de grands acteurs de la construction et du BIM autour des projets des finalistes.

Pour en savoir plus, contactez Manon Roger – Directrice Marketing et Communication de Polantis – au 01 42 64 07 02 ou à manon@polantis.com

Site officiel du Concours : https://bimcontest.com/

XTreeE ou l’impression 3D au service de l’environnement et de l’industrialisation de la Construction avec VINCI Construction – Interview de leur Président Alban Mallet

Augmenter la qualité de la construction, avoir plus de sécurité sur le chantier, moins de pénibilité, construire des formes plus extrèmes, tels sont certains des objectifs de pointe que ce sont fixés XTreeE, la startup d’impression 3D du Groupe VINCI Construction.

La préfabrication et l’impression 3D sont évidemment l’avenir du secteur de la construction. XTreeE s’imposent comme les experts du secteur, rendant la chaine du numérique plus fluide. La municipalité de Dubai leur a d’ailleurs fait confiance, leur permettant ainsi de mettre en place une usine d’impression 3D sur place.

Découvrez l’interview de leur Président Alban Mallet lors du dernier BIM World ci-dessous.

Algeco, un leader du modulaire et visionnaire s’adonne au BIM pour optimiser coûts et performances !

A une époque où construire vite, bien, moins cher et avec plus de performances devient une nécessité, un leader du modulaire, la Société Algeco s’adonne au BIM pour le plus grand bien de ses produits.

Ils ont compris que ce processus allait être une source d’économies évidente, notamment sur la partie gestion et maintenance des édifices construits sur base de leurs modules.

Ce cap a été franchi en 2015, date à laquelle Algeco a été visionnaire en proposant leurs premiers modules au format Autodesk Revit sur le portail du leader de la création d’objets BIM : la Société BIMobject.

L’entreprise a d’ailleurs intégré Revit dans son process de fabrication, et depuis, la totalité des bâtiments modulaires réalisés à partir de la gamme Progress est conçue en processus BIM avec Revit afin de proposer un projet 100 % adapté aux demandes du client. Résultats : des documentations de projets plus précises et détaillées, ainsi que des assemblages et aménagements de qualité et réussis.

Modules BIM Algeco Progress 2 Feu au format Revit

Le graal ultime pour Algeco sera de livrer directement le modèle BIM aux ateliers de fabrication (DfMA) pour une production optimale, ainsi qu’aux usagers de ses bâtiments pour une gestion et une maintenance qualitative et permettant de réaliser des économies d’échelle.

Découvrez le site d’Algeco en cliquant ici.

Découvrez le modules Algeco Progress 2 Feu sur le site BIMobject en cliquant ici.

Rapport Roland Berger – Les grandes tendances de la construction

Les rapports français et en français sur les grandes tendances de la construction sont peu nombreux. Il convient donc de saluer toute initiative de ce type !

Roland Berger met à disposition une étude sur le secteur de la costruction et toutes les tendances et disruptions actuelles qui le secouent et le remettent totalement en question dans son organisation et son évolution.

Ce rapport balaie tous les chiffres et résultats du secteur les plus importants en s’appuyant notamment sur d’autres études internationales.

Le BIM, ainsi que les nouvelles tendances telles que l’impression 3D ou l’intelligence artificielle y sont abordées comme l’opportunité de taille à saisir pour toutes les entreprises du secteur.

Il permet au lecteur de comprendre l’enjeu stratégique pour notre pays et nos entreprises de cette révolution et le véritable retour sur investissement qu’une telle transition pourrait représenter et entre les lignes, le retard accumulé de notre secteur et dans notre pays depuis ces dernières années (grandes entreprises exclues).

Vous pouvez télécharger et lire le rapport de Roland Berger sur le secteur de la construction en cliquant ici.

BIM sur les chantiers, un grand pas en avant pour la sécurité et un guide passionnant à lire absolument !

Le BIM est souvent vu par sa 3ème, 4ème et 5ème dimension, mais peu souvent par les 6ème, 7ème et 8ème…

Cette dernière dimension, qui est essentiellement focalisée sur la prévention des risques, est méconnue et pourtant très intéressante. La question qui se pose alors est : comment le BIM aide-t-il pour la sécurité sur chantier ? C’est dans cet esprit et avec cette volonté que l’organisation professionnelle EGF.BTP, dépendant de la FFB, a travaillé afin de produire un guide explicatif à destination des entreprises.

Il est notamment démontré au travers d’exemples réels et concrets, ce que la mise en place d’un processus BIM peut apporter en termes de sécurité. On y découvre notamment qu’il permet de préserver l’intégrité physique des ouvriers des entreprises et de leurs sous-traitants, priorité fondamentale ! Ce guide est développé par les entreprises générales qui ont toute légitimité et expérience car elles ont un taux de fréquence d’accidents du travail quasiment quatre fois inférieur à la moyenne du secteur 10,6% vs 38,9%. Elles ont en effet déjà cette expérience du travail en BIM en conception et en réalisation et connaissent pertinement les avantages qu’il procure.

3D, 4D et 5D vont aider à maîtriser cette phase délicate qu’est le chantier, notamment en termes d’anticipation, de communication et de pédagogie. Apprendre les gestes justes, montrer les zones dangereuses, baliser de capteurs et récupérer une information en temps réel sur la position des personnes et des dangers reste un véritable atout encore trop peu utilisé. Les services méthodes des grandes entreprises ont d’ailleurs bien compris l’enjeu stratégique de cette méthodologie. Sur des problématiques aussi simples que les PIC (Plans d’Installation de Chantiers), le BIM est un atout incontournable.

Si l’on vient à parler d’Intelligence Artificielle et de Machine Learning, ou de technologies de reconnaissance de formes, on franchit un cap supérieur en termes d’utilité, d’efficacité et de puissance du BIM. Réalité virtuelle et technologies empruntées au jeux vidéos telles que le serious game jouent elles-aussi un rôle clé pour la sécurite sur le chantier.

Qu’ils soient responsable sécurité, ingénieur méthodes, conducteur de travaux, compagnons, ils ont tous un intérêt à s’approprier ces nouveaux processus afin de mieux anticiper les problèmes futurs sur le terrain.

Ce guide à destination des entreprises est truffé d’exemples d’une grande richesse avec des cas très concrets et passionnants. Il permettra de se préparer à la sécurité sur le chantier pour toute entreprise.

Vous pouvez le télécharger en cliquant ici.