Le BIM au service de l’avenir des jeunes dans le BTP, Interview de Pascal Parent, Professeur impliqué et fervent évangélisateur des bienfaits du BIM

Pascal Parent est un enseignant pionnier de l’évangélisation du BIM au lycée que nous connaissons depuis bien longtemps. Il fait partie de ces personnes passionnées et aimant transmettre, sans qui, les jeunes générations seraient bien démunies face aux progrès du numérique et notamment du BIM.

Pascal Parent, Professeur d’économie de la construction au Lycée des métiers du Bâtiment Aristide-Bergès de Saint-Girons, et conseiller BIM des corps d’inspection de l’Éducation Nationale

Installé en Ariège, il a, par la pédagogie innovante mise en place avec ses collègues, permis de faire évoluer l’écosystème local. Professeur d’économie de la construction au Lycée des métiers du Bâtiment Aristide-Bergès de Saint-Girons, et conseiller BIM des corps d’inspection de l’Éducation Nationale, il a dès 2009 introduit la notion de BIM dans ses cours.


Auprès de quelles classes introduisez-vous l’apprentissage du BIM ?
J’enseigne en lycée des métiers du bâtiment, ce qui, pour l’Éducation nationale, est un label de d’ouverture vers le mode professionnel. Nous avons introduit le BIM dans la pédagogie dès 2009. Mon enseignement porte sur l’économie et l’étude des constructions. Les classes sont essentiellement des cursus de bac pro technicien du bâtiment études et économie (teb2e). J’interviens aussi beaucoup auprès des Bac Pro installateur sanitaire, peinture, et maçonnerie avec qui nous utilisons aussi beaucoup le BIM.

À l’époque, le BIM, surtout dans les TPE/PME, n’était pas si répandu. Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre en place un tel enseignement dès le lycée ?
À l’époque, nous travaillions déjà sur ordinateurs mais en 2D sur AutoCAD. Or, l’interface 3D m’a tout de suite parue comme un support à fort potentiel pédagogique. Elle a immédiatement permis à nos élèves une meilleure compréhension des ouvrages. Par la suite, la pédagogie par projets, puis les applications BIM se sont développées et cela a suscité encore davantage d’intérêt chez les lycéens.


Maxime présente à ses camarades le fonctionnement du BLK360

D’un point de vue pédagogique, comment appréhendez-vous l’apprentissage du BIM à ce niveau d’études ?
Le BIM est pour nous un processus qui doit,être acquis sur un continuum allant de la première année de lycée jusqu’à Bac +3, ce qui correspond au niveau de Licence professionnelle. Au niveau Bac Pro, on forme des diplômés destinés à devenir référents BIM. Pour nous, le BIM est avant tout un contexte numérique avancé pour acquérir des compétences. Il n’est pas une compétence en soi. La compétence, c’est de réaliser un métré, un devis, un quantitatif, ou un relevé d’ouvrage. Je comparerais le BIM à l’eau d’une mer dans laquelle nous apprenons aux élèves à nager, et ce sous différentes contraintes météo.

Cet enseignement numérique distingue-t-il votre établissement des autres lycées aux alentours ?
Nous sommes en milieu rural, dans la périphérie sud de Toulouse, au sein d’un établissement à taille humaine. Cela peut paraître paradoxal vu de l’extérieur mais notre positionnement géographique et notre petite taille donne un certain confort d’enseignement et permet d’innover. Je viens du secteur privé avec une expérience de 6 ans chez Bouygues Construction. Le lien école-entreprise est essentiel à mes yeux. Très rapidement, nous nous sommes donc rapprochés des organismes professionnels locaux qui se sont intéressés à notre démarche. C’est cocasse mais cela a permis des transferts de technologie… du lycée vers l’entreprise ! Cela a participé du changement de regard sur notre lycée, tant au niveau des cabinets d’architecte que des entreprises du bâtiment.


Le lycée en cours de modélisation avec Autodesk Revit et ReCap

Quid de la relation entre les élèves et le lycée ?
Parce qu’il est un vecteur de partenariats entre le lycée et les entreprises, le BIM a également permis aux élèves d’avoir une autre vision de leur formation. Quand on rentre en seconde, même en lycée des métiers, on n’a pas forcément une vision très claire de son projet professionnel. Être en avance sur le numérique a permis à l’établissement d’être valorisé et d’élargir la zone de recrutement autour du lycée.

Entre l’équipement informatique et l’acquisition des licences, ce choix pédagogique requiert des moyens. Comment les avez-vous obtenus ?
Il y a eu une forme de prime à l’innovation. Parce que nous étions pilotes au niveau de cette technologie, nous avons pu convaincre le conseil régional de Midi-Pyrénées (aujourd’hui Occitanie, ndlr), qui est compétent pour ce type d’investissement, de nous doter de stations de travail professionnelles récentes, renouvelées régulièrement. Au départ, nous faisions l’acquisition des logiciels, puis dès 2013, Autodesk a mis à notre disposition gratuitement des versions pédagogiques de sa suite de logiciels AEC avec notamment Revit, Navisworks, et la plateforme collaborative A360. Cela nous a permis d’élargir le champ des possibles en matière d’enseignement.


Les élèves modélisent leur lycée à partir des scans laser 3D ou des drones.

Que change cette pédagogie pour l’employabilité de vos élèves en sortie d’étude ?
Leurs compétences techniques sont restées les mêmes. Dans le même temps, leurs compétences numériques se sont accrues. En entreprise, le regard sur eux a changé et ils apportent une pratique. Les entreprises sont souvent surprises du niveau affiché par les diplômés quant à la maîtrise des outils numériques professionnels. Une de mes élèves, qui trouvaient par ailleurs que nous faisions trop de maquettes numériques en cours, vient d’être embauchée dans une entreprise en tant que métreur-économiste. C’est sa maîtrise préalable de Revit qui a fait la différence… Je pense qu’elle ne m’en veut plus !

Vous êtes aujourd’hui conseiller BIM des corps d’inspection de l’Éducation Nationale. Comment s’opère le travail d’évangélisation auprès de vos collègues enseignants ?
En 2009, nous devions être 4 ou 5 enseignants sur toute la France à être sensibles au BIM. Nous avons été rapidement repérés par l’Inspection générale du ministère qui a déployé des séminaires de formation. Depuis cinq ans, on observe une montée en charge permanente dans toutes les académies. Un site internet libre d’accès recense les différentes pratiques pédagogiques. Il existe bien sûr des disparités en termes de déploiement des outils dans les différents lycées de France, mais depuis 2016, on ne peut plus passer un bac pro Teb2e sans avoir une maquette numérique à l’examen. C’est la même chose depuis 2017 pour un bac pro en maçonnerie.

L’interface 3D m’a tout de suite parue comme un support à fort potentiel pédagogique. Elle a immédiatement permis à nos élèves une meilleure compréhension des ouvrages. Par la suite, la pédagogie par projets, puis les applications BIM se sont développées et cela a suscité encore davantage d’intérêt chez les lycéens.
—Pascal Parent, Professeur d‘économie de la construction, Lycée Aristide-Bergès

Séance de relevé d’une chapelle, travail d’une classe de 1° Bac Pro TEB (Juin 2018, photo Pascal Parent)

Avez-vous, avec vos élèves, travaillé à des projets concrets en lien avec des entreprises ?
L’exemple le plus parlant est le projet Énergie3DContruction, lauréat PACTE/ PTNB. L’un de ses intérêts était de tester le BIM sur un petit projet public, en partenariat avec les antennes locales de la CAPEB, de la FFB, la DREAL, la DIRRECTE, Chambre des métiers, etc. l’ordre des architectes, l’École supérieure d’architecture de Toulouse, ainsi que les entreprises ayant remporté les marchés. En l’espèce, il s’agit de la construction d’une maison de santé dont le permis de construire en BIM (!) vient d’être obtenu. Dans ce projet, le lycée Aristide-Bergès a été désigné comme pilote avec la communauté de communes Couserans Pyrénées, qui est maître d’ouvrage. Avec ce partenariat, nous faisons à la fois monter en compétence nos élèves qui sont partis en stage dans les entreprises impliquées, tandis que les professionnels se sont formés à l’usage de Revit et Navisworks. Prochaine étape : nous allons depuis le Lycée Aristide-Bergès former les entreprises à l’usage du BIM sur le chantier. L’expérience acquise sur ce projet nous a permis de proposer au ministère la création d’un campus des métiers du bâtiment et des usages du numérique de la région Occitanie. Celui-ci a été validé en 2017 avec la note maximale de trois étoiles, validant ainsi sa pertinence. Nous travaillons donc tous ensemble sur le BIM, mais à l’échelle régionale et avec un réseau de partenaires élargi.

Images : avec l’aimable autorisation de Pascal Parent

Accédez au PDF de la Success Story en cliquant ici.

Le Concours BIM Polantis 2019, une escale à Evry-Courcouronnes à la conquête des Pyramides !

Le Concours BIM 2019, au cœur des Pyramides d’Évry-Courcouronnes

Pour la quatrième édition du Concours BIM dont Autodesk était sponsor l’année passée, Polantis s’est associé à Évry-Courcouronnes et situe le projet sur lequel les candidats du concours devront plancher au cœur du mythique quartier des Pyramides. L’année passée, les vainqueurs Marisol Declercq et Emmanuel Lara avec leur projet Nouvel Air avaient utilisé Autodesk Revit, ainsi que les lauréats de la 3ème place.

Cette édition 2019 soulève plus fortement que précédemment la question du contexte urbain et social : quelle architecture pour quel site ? Quelle proposition programmatique pour quel quartier ? Quel élan pour accompagner la réhabilitation d’un « grand ensemble » ?

Un Projet de Rénovation Urbaine des Pyramides a été validé en Comité National d’Engagement le 23 juin 2005. Il a permis la réhabilitation de plus de 900 logements, la restructuration d’une partie des espaces publics et des espaces verts, la démolition des bâtiments les plus dégradés. L’ilot Caravelle Nord, est – pour le moment – un terrain vague : c’est sur ce site que les candidats devront imaginer un projet.

Dans le cadre de ce concours d’idée, les candidats réfléchiront à la création d’un centre socio-culturel. Cet équipement de quartier aura une vocation sociale globale, il sera ouvert à l’ensemble de la population habitant à proximité, offrant accueil, animation, activités et services à finalité sociale.

Quels sont les enjeux pour les candidats ?

Tout d’abord, les candidats du Concours BIM 2019 devront concevoir ce centre socio-culturel en prouvant qu’ils ont utilisé une démarche BIM.
Le « Building Information Modeling » (BIM) ou, dans sa transcription française, la « modélisation des données du bâtiment » est une méthodologie de travail ou un processus destiné à produire des modèles de construction, sous la forme de maquettes numériques renseignées, structurées et riches.
Une révolution qui modifie profondément la façon de concevoir les bâtiments, mais également la manière de les construire, de les maintenir et de les exploiter.
Ils devront aussi mettre l’accent sur l’implantation centrale de ce bâtiment au cœur du site – des îlots d’habitations à forte densité – notamment en travaillant sur les espaces transitoires, les liens intérieurs/extérieurs, public/privé.

Enfin, pour démontrer que leur projet a été conçu dans le respect des normes thermiques et environnementales actuelles, les candidats auront la possibilité d’utiliser une plateforme de calcul thermique. L’objectif ? Réaliser une étude rapide garantissant les performances énergétiques du bâtiment.
Graitec, sponsor de cette édition est éditeur du logiciel ArchiWizard destiné à la réalisation de ce type d’études : une licence sera offerte à chaque équipe de candidats, le temps du concours. Graitec est aussi l’un des partenaires Revendeurs les plus importants d’Autodesk au statut Platinium.

Une soirée de questions-réponses sera organisée le 27 mai 2019. A cette occasion, les futurs candidats seront invités à poser leurs questions pour mieux appréhender le programme et les critères de jugement.

L’intégration des objets BIM, la maîtrise de l’information du projet

Aux côtés de Graitec (ArchiWizard) et de la Fondation Excellence SMA, les fabricants sponsors du Concours BIM sont Onduline, Velux, Reckli, La Toulousaine et Lafarge. Ils mettent leurs objets BIM à disposition des candidats pour les accompagner dans leur projet.


Ces avatars numériques des produits de la construction permettent d’accéder en un instant à toute l’information utile aux concepteurs et de contribuer à la parfaite maintenance des bâtiments.

Les caractéristiques du bâtiment dépendent fortement des caractéristiques des produits installés. Afin de construire mieux grâce au BIM, l’information contenue dans les objets BIM a donc une grande valeur : le Concours BIM demande aux candidats d’établir ce constat eux-mêmes lors de la conception de leur projet.

Quels partenaires pour la 4ème édition ?

Le Concours BIM sera accompagné de partenaires qui agissent au quotidien pour promouvoir le numérique dans le bâtiment : l’Ordre des Architectes, l’UNSFA, le Club BIM Prescrire, ADN Construction, Highline, HEXABIM, BTP.tv et Volumic.

Quelles dotations ?

Comme les années précédentes, l’équipe d’architectes lauréats se verra récompensée d’une prime de 10000€, les deuxième et troisième projets lauréats recevront respectivement 5 000€ et 2500€.

La soirée de remise des prix se déroulera le 3 octobre 2019 à Paris au siège de la Fondation Excellence SMA. Elle réunira de grands acteurs de la construction et du BIM autour des projets des finalistes.

Pour en savoir plus, contactez Manon Roger – Directrice Marketing et Communication de Polantis – au 01 42 64 07 02 ou à manon@polantis.com

Site officiel du Concours : https://bimcontest.com/

BIM sur les chantiers, un grand pas en avant pour la sécurité et un guide passionnant à lire absolument !

Le BIM est souvent vu par sa 3ème, 4ème et 5ème dimension, mais peu souvent par les 6ème, 7ème et 8ème…

Cette dernière dimension, qui est essentiellement focalisée sur la prévention des risques, est méconnue et pourtant très intéressante. La question qui se pose alors est : comment le BIM aide-t-il pour la sécurité sur chantier ? C’est dans cet esprit et avec cette volonté que l’organisation professionnelle EGF.BTP, dépendant de la FFB, a travaillé afin de produire un guide explicatif à destination des entreprises.

Il est notamment démontré au travers d’exemples réels et concrets, ce que la mise en place d’un processus BIM peut apporter en termes de sécurité. On y découvre notamment qu’il permet de préserver l’intégrité physique des ouvriers des entreprises et de leurs sous-traitants, priorité fondamentale ! Ce guide est développé par les entreprises générales qui ont toute légitimité et expérience car elles ont un taux de fréquence d’accidents du travail quasiment quatre fois inférieur à la moyenne du secteur 10,6% vs 38,9%. Elles ont en effet déjà cette expérience du travail en BIM en conception et en réalisation et connaissent pertinement les avantages qu’il procure.

3D, 4D et 5D vont aider à maîtriser cette phase délicate qu’est le chantier, notamment en termes d’anticipation, de communication et de pédagogie. Apprendre les gestes justes, montrer les zones dangereuses, baliser de capteurs et récupérer une information en temps réel sur la position des personnes et des dangers reste un véritable atout encore trop peu utilisé. Les services méthodes des grandes entreprises ont d’ailleurs bien compris l’enjeu stratégique de cette méthodologie. Sur des problématiques aussi simples que les PIC (Plans d’Installation de Chantiers), le BIM est un atout incontournable.

Si l’on vient à parler d’Intelligence Artificielle et de Machine Learning, ou de technologies de reconnaissance de formes, on franchit un cap supérieur en termes d’utilité, d’efficacité et de puissance du BIM. Réalité virtuelle et technologies empruntées au jeux vidéos telles que le serious game jouent elles-aussi un rôle clé pour la sécurite sur le chantier.

Qu’ils soient responsable sécurité, ingénieur méthodes, conducteur de travaux, compagnons, ils ont tous un intérêt à s’approprier ces nouveaux processus afin de mieux anticiper les problèmes futurs sur le terrain.

Ce guide à destination des entreprises est truffé d’exemples d’une grande richesse avec des cas très concrets et passionnants. Il permettra de se préparer à la sécurité sur le chantier pour toute entreprise.

Vous pouvez le télécharger en cliquant ici.

L’appel à sujets pour Autodesk University Las Vegas 2019 est ouvert ! Venez présenter vos projets ou un sujet d’innovation vous tenant à coeur !

Contribuez à Autodesk University 2019
AU Las Vegas, Forge DevCon ainsi que l’évènement Connect & Construct Summit
Autodesk University (AU) est une communauté à vocation d’apprentissage et de partage pour les professionnels de la conception, de l’architecture et de l’ingénierie d’aujourd’hui. Rejoignez cette communauté et partagez votre propre expertise en animant un cours à AU ou lors d’un événement préconférence, notamment tel que la Forge DevCon (Developers Connection) ou du Sommet Connect & Construct.
Votre expertise profitera à ceux qui assistent à AU Las Vegas, ainsi qu’à d’autres personnes du monde entier qui assisteront à AU virtuellement depuis le Web afin d’acquérir des connaissances tout au long de l’année.

Faites connaître votre expertise et soumettez une idée
Avez-vous un flux de travail innovant, une étude de cas ou une expertise à partager avec vos pairs dans votre secteur d’activité ou pas ? Alors soumettez une proposition pour diriger un cours de 60 ou 90 minutes.

Êtes-vous un leader inspirant ayant une vision sur l’avenir de votre secteur ? Soumettez une proposition de présentation de 15 minutes au théâtre d’Autodesk University.

Gérez-vous un groupe d’utilisateurs local ou une communauté de pratique en ligne ? Proposez une rencontre à Las Vegas et rassemblez vos pairs pour renforcer les liens existants, développer votre communauté et créer des liens autour des sujets qui vous intéressent le plus.

L’appel à propositions ouvre dès le 30 avril 2019, n’attendez plus !

Donnez un cours
Partagez vos points de vue et vos connaissances lors d’un débat sur la mutation du secteur, dirigez une table ronde, ou mettez en place une formation pratique.

 
Donnez une présentation devant un oratoire
Faites une présentation de 15 minutes dans le théâtre d’Autodesk University sur les tendances qui façonnent notre monde. Le théâtre est à l’intention des présentations dynamiques de type évangélistes du secteur et de leaders d’opinion.

 
Dirigez une rencontre communautaire (meetup)
Soutenez le réseautage et les connexions avec vos pairs partageant les mêmes idées, des utilisateurs de solutions logicielles et d’autres personnes de votre secteur. Les rencontres sont informelles et non focalisées sur l’enseignement.

Les orateurs d’Autodesk University, et les principales classes préconférence reçoivent un laissez-passer gratuit pour la conférence AU 2019. *

  • Ne s’applique pas aux rencontres communautaires.

Dates importantes pour AU 2019

  • L’appel à propositions commence le 30 avril
  • Date limite pour la proposition de classe le 28 mai
  • Vote communautaire pour les propositions de classe du 30 mai au 25 juin
  • Notifications envoyées pour les propositions de cours mi-juillet

Alors n’attendez plus, inscrivez-vous en cliquant ici.

Se former au BIM devient indispensable, découvrez les formations du Moniteur !

Le BIM prend de plus en plus d’ampleur dans le quotidien des entreprises du BTP, et il devient stratégique de se former à ce nouveau processus. Parmis les acteurs de la formation, Le Moniteur est incontournable !

Ci-dessous, 3 formations pour assimiler les nouveaux métiers et pratiques du BIM

BIM Coordinateur :
Toutes les clefs pour seconder le BIM Manager
1 jour – Prochaine session : Paris, 30 mai 2019

➤ En savoir +

BIM Modeleur :
Mettre en place une démarche de modélisation BIM en agence
2 jours – Prochaine session : Paris, 03-04 juin 2019

➤ En savoir +

 Appliquer la norme IS019650 : 2018

Appliquer la norme ISO 19650 : 2018 :
Appréhender les modalités essentielles du BIM
1 jour – Prochaine session : Paris, 31 mai 2019

➤ En savoir +

Toutes ces formations sont également disponibles en intra, dans vos locaux.
Contactez l’équipe dédiée du Moniteur au 01 79 06 72 27 | ou à formations.intra@lemoniteur.fr

Superusers design the future of practice – A MUST read by Randy Deutsch!

Our world is drastically changing and some agents of change act behind the curtain and lead this revolution. They are what we call Superusers! The famous Randy Deutsch just published an exciting book on the subject.

Superusers are design professionals with the wherewithal to recognize a tool, curiosity to inquire into a tool, confidence to mess with a tool, capacity to learn a tool, creativity to combine tools, and the interpersonal intelligence to connect with others to achieve actionable results. They are design professionals who leverage tools and technology to do more, and be more, with the people skills to accomplish all they do with and by means of others, often to astonishing results. And Superusers are what we will all need to aim to become to be design professionals in the 2020s and beyond. The book explains the distinguishing features and attributes common to all Superusers. A Superuser isn’t a tech genius – far from it. In fact, of the ten defining features that make up a Superuser, no fewer than nine are considered attitudes, mindsets or softskills. The book addresses the future of Superusers in our industry.

Superusers: Design Technology Specialists and the Future of Practice by Randy Deutsch will help you identify who they are, the value they provide, how you can attract them, how you can retain them, how you can become one yourself, what career opportunities they have what obstacles they face and how to lead them.

You can purchase this book here.

About the Author

Randy Deutsch AIA, LEED AP is the Associate Director for Graduate Studies and Clinical Associate Professor at the University of Illinois Urbana-Champaign, USA, teaching and conducting research in design, professional practice, building technology, and digital technology. Randy is an international keynote speaker, workshop leader, and design technology authority. An architect responsible for the design of over 100 large, complex sustainable projects, Randy has been an Exec Ed program leader at Harvard GSD. He has written for DesignIntelligence, has been featured in ARCHITECT magazine and Architectural Record, and is the author of three books: Convergence: The Redesign of Design (2017) on the nature of the ongoing convergence of technology and work processes in the profession and industry; Data Driven Design and Construction: Strategies for Capturing, Analyzing and Applying Building Data (2015, translated into Chinese in 2019) on the innovative individuals and firms who are leveraging data to advance their practices; and BIM and Integrated Design: Strategies for Architectural Practice (2011, translated into Chinese in 2018) tracking the social and organizational impacts of the new technologies and collaborative work processes, among other publications. More at www.randydeutsch.com.

Démystification du BIM en 6 questions, la nouvelle version du Guide Promodul est disponible, un ouvrage incontournable !

Nous l’avions relayé en 2016 et il avait eu un fort succès ! Ce guide de démocratisation du BIM qui avait été distribué à plus de 4000 exemplaires renait en version 2. Le Cercle Promodul / INEF4 a en effet souhaité mettre à jour ce document.

Cet ouvrage articulé en deux parties, intègre dans sa une première partie les informations indispensables à connaitre sur le BIM et présentées sous forme de questions-réponses. La deuxième partie s’applique à détailler les étapes indispensables et stratégiques à suivre pour une mise en place du BIM pour une société. Enfin, la dernière section met à disposition un glossaire thématique pour mieux implémenter le processus BIM au sein d’une entreprise.

Extrèmement bien fait, ce livret blanc a pour vocation essentielle la présentation et la sensibilisation au processus BIM sous tous ses aspects. Il permettra à n’importe quelle entreprise qui souhaiterait transformer digitalement sa société et BIMiser ses process, de l’accompagner progressivement et lui indiquer les étapes et moyens à mettre en place.

En rendant le « BIM » accessible et compréhensible, Cercle Promodul/INEF4 permet d’en avoir une meilleure compréhension, et de percevoir son évolution futures afin de prendre les bonnes décisions.

Au sommaire :

  • Qu’est-ce-que le BIM ?
  • Pour quoi faire ?
  • Quels sont les avantages du BIM ?
  • Quels points de vigilance prendre en compte ?
  • Quels sont les acteurs ?
  • Quels sont les étapes et outils clés pour se lancer ?

Malgré quelques imprécisions ça et là, cette mise à jour est très intéressante et donnera des conseils tels que :

  • des éléments liés aux logiciels (les critères techniques fondamentaux à prendre en compte, les points de vigilance concernant leur utilisation) ;
  • une étude de cas de l’impact du BIM sur les performances qualité, sécurité, coûts et délais de bâtiments tertiaires de bureaux ;
  • de nouvelles questions encore sensibles et délicates auxquels les experts devront répondre ;
  • une mise à jour des acteurs de référence ;
  • enfin, un glossaire thématique et une bibliographie beaucoup plus fournis.

Vous pouvez télécharger le Guide Cercle Promodul dès maintenant en cliquant ici.

Participez au concours du meilleur projet openBIM de buildingSMART international, plus que quelques jours pour déposer votre dossier !

Bonne nouvelle, la date limite de soumission du concours buildingSMART International pour le meilleur projet openBIM est prolongée !
Autodesk, en tant que membre du Haut Conseil Stratégique de buildingSMART et supporter depuis la première heure de l’openBIM soutient ce concours et invite tous les professionnels utilisant ses solutions à participer et déposer leurs dossiers.

En raison de la forte demande des participants suite au sommet de Düsseldorf, buildingSMART repousse la date limite des candidatures jusqu’au 30 avril 2019. Tous les participants devront remplir le formulaire d’inscription de la première étape d’ici à la fin de journée du 30 avril 2019. Tous les documents justificatifs requis devront être déposés avant le 14 mai 2019. Le concours est ouvert à tous, sans aucune obligation d’être membre de buildingSMART.

Critères d’attribution :

Les critères d’attribution des prix par catégorie s’appuieront essentiellement sur la spécificité d’échanges openBIM autour du projet, et cela dans deux catégories principales :

  • les projets industriels (phases de conception, de construction ou d’exploitation et de maintenance)
  • et les projets de recherche (professionnels ou étudiants).

Trois (3) finalistes pour chaque prix seront invités à présenter leurs projets au Sommet international buildingSMART à Beijing, en Chine (qui se tiendra du 29 octobre au 1er novembre 2019). Il ne reste plus que 22 jours avant la date limite de soumission des projets qui a été exceptionnellement prolongée et qui se termine le 30 avril 2019.
 
La première étape du processus de soumission consiste à remplir un simple formulaire en ligne.
 
Il est intéressant de noter que des mentions honorables seront décernées et que des exemples de projets seront sélectionnées afin que les gagnants ne soient pas les seuls à être reconnus dans la communauté openBIM. Pour toute autre question, vous pouvez contacter awards@buildingsmart.org
 
CLIQUEZ ICI AFIN DE DEPOSER VOTRE PROJET

Délais de soumission :

  • 30 avril 2019
  • 14 mai 2019
  • Première étape : inscriptions
  • Deuxième étape : mise en ligne de la documentation demandée

Le Pôle Energivie lance des outils indispensables pour démocratiser le BIM en région Grand-Est

Afin de démocratiser le BIM en région, le Pôle Energivie met à disposition une plateforme collaborative et une salle immersive BIM dans le Grand Est.

Le Pôle Fibres-Energivie a pour axes principaux l’accompagnement des acteurs du bâtiment et des maîtres d’ouvrage à la transition numérique. Pour cela, ils mettent en place les moyens qui permettront une réelle collaboration autour des projets de bâtiments et d’infrastructures en BIM.

La plateforme en ligne, BIM ENERGIE partiellement bâtie sur Forge, permettra les échanges en BIM, en conception et en construction pour les projets de bâtiments et d’infrastructures, soit au format openBIM IFC, soit au format Revit et Navisworks, une véritable GED autant utile pour les maîtres d’oeuvre et maîtres d’ouvrages, jusqu’à la fin de la vie du bâtiment et de la livraison du DOE numérique.

Par ailleurs, le Pôle a aussi lancé la première salle immersive dans le Grand Est pour mettre en pratique concrètement le travail collaboratif et la présentation de projets BIM. Ce lieu d’expérimentation est accessible à tous les professionnels du bâtiment.

Un site internet est aussi à disposition www.bimenergie.fr Il fédère l’ensemble des services BIM proposés par le pôle de compétitivité, l’accompagnement, la plateforme collaborative, espace de construction virtuelle.

BIM Energie a été développée grâce aux soutiens de la Région Grand Est, du ministère de la cohesion des territoires, de l’Europe (FEDER) et du groupe EDF-ES. L’ECV bénéficie d’une licence de savoir-faire du technopôle Domolandes.

Architectes, une sensibilisation au BIM du Conseil Européen des Architectes

Fondé à Trévise (Italie) en 1990, le Conseil des architectes de l’Europe (ACE) est l’organisation représentative de la profession d’architecte au niveau européen. La mission d’ACE est :

  • d’influencer, par le biais du plaidoyer, la législation et les politiques de l’UE, afin de créer une pratique habilitante et un environnement réglementaire pour les architectes et agences
  • être une source influente et précieuse d’informations faisant autorité pour la profession d’architecte en Europe
  • démontrer le rôle des architectes dans la création d’une véritable Europe compétitive, enrichissante et durable.

ACE est composé des organisations membres qui sont les organismes d’enregistrement et de représentation professionnels et d’associations des États membres de l’UE, le Pays et d’autres pays européens à statut particulier par rapport à l’UE. A travers eux, ACE représente les intérêts d’environ 600 000 architectes.

Afin d’aider la profession d’architecte en Europe à comprendre et à s’emparer de ce phénomène que constitue le BIM, ACE s’est donné pour objectif de créer un guide de sensibilisation au BIM pour les Architectes.

Selon ACE, le concept de BIM englobe un peu tout. Le but de ce guide est de donner des réponses sur la manière de relever le défi de la numérisation en progression rapide dans le secteur du BTP. Ce guide apporte des réponses à ce qui pourrait être fait maintenant pour apporter de la valeur aux architectes, aux projets, aux partenaires et aux clients qui travaillent dans un environnement numérique en rapide évolution. Comment les architectes peuvent-ils améliorer leurs connaissances et expertises informatiques et étendre leur forme de communication traditionnellement visuelle et géométrique, inclure des données alphanumériques associées aux modèles BIM et données d’objets / pièces de construction? Ce guide explique les relations entre le domaine de service de l’architecte1, (ACE-SoS) et l’utilisation de modèles 3D numériques. Ce guide explique les principales conclusions de pratiques établies du BIM en Europe.
Ce livre donne aussi des conseils sur la façon de traiter les défis émergeants quand un projet doit être conçu en BIM et fournir un exemple de ce qui peut être considéré comme une pratique établie lors de l’utilisation de logiciels 3D et de processus liés au BIM.

Objet de ce Guide BIM
Ce guide ne représente pas un plan stratégique couvrant les futurs aspects de la transformation numérique et de l’utilisation du BIM, des bases de données et des logiciels 3D. Il ne définit pas non plus des méthodes spécifiques ni ne recommande un logiciel spécifique pour travailler en BIM.

Découvrez l’intégralité de ce livre en cliquant ici.