Observatoire d’appels d’offres de la commande publique en Espagne, l’obligation du BIM progresse fortement !

L’observatoire des appels d’offres BIM du Groupe es.BIM en charge du développement de la stratégie BIM en Espagne a été créé en mai 2017 avec pour objectif de monitorer et d’analyser l’intégration d’obligations BIM dans les appels d’offres publics, tant quantitativement que qualitativement. Ils ont à ce jour publié plus de sept rapports et le dernier en date s’appuie sur l’analyse de plus de 517 appels d’offres publics intégrant cette obligation depuis 2017 jusqu’à maintenant, soit un total cumulé de 1 532,7 millions d’euros.

Évolution dans le temps

Les données analysées montrent qu’au premier semestre 2019, le nombre total des offres publiées est proche du total de l’année 2018, soit 195 contre 216 respectivement, ce qui signifie 38% du total publié à ce jour. Ces offres publiées en 2019 représentent un investissement total de 843,3 millions d’euros, une valeur qui double presque l’investissement total de 2018 (424,81 millions €). Il faut préciser que cette valeur élevée est due à la publication d’un grand nombre d’appels d’offres concernant l’exécution de travaux qui ont des valeurs de contrat estimées supérieures à d’autres phases.

En termes de leadership des régions, c’est la Catalogne (41%) qui mène la danse du BIM, puis la Communauté Valencienne (13%), Madrid et l’Andalousie (tous deux avec 9%).

En termes de maturité BIM, les offres publiques sont analysées en fonctions des requis BIM basés sur des indicateurs qualitatif pré-établis et l’enregistrement de l’obligation ou non, dans le cahier des charges. Ces indicateurs sont les suivants :

Types de livrables BIM entre autres :

  • S’il y a utilisation ou demande de livraison de formats ouverts dits openBIM de type IFC ou COBie
  • Si la réalisation nécessite un plan d’exécution BIM
  • Si l’intégration de personnel spécialisé dans l’équipe est requis
  • S’il existe une référence à une norme existante, soit nationale ou internationale
  • si l’utilisation d’un système de classification est requise
  • Si les exigences des informations clients sont définies
  • Et si nécessaire, contrôler expressément la qualité du modèle BIM

Parmi les résultats de ces indicateurs, la définition des produits livrables du BIM par rapport aux utilisations est illustrée ci-dessous :
65% des offres publiées avec une obligation BIM définissent certains livrables BIM, tandis que 51% définiraient une utilisation.
La nécessité d’utiliser des formats ouverts est également remarquable (45%).

Le secteur du bâtiment a augmenté progressivement le nombre d’offres publié depuis début 2017. Par rapport à l’infrastructure et sur le total accumulés, la construction représente 72% (372 des offres) contre 28% pour les infrastructures.

Le secteur des infrastructures a considérablement augmenté le nombre d’offres publiées depuis début 2017, avec un total de 142 et un investissement de
394 millions d’euros, et si l’on rapporte le nombre d’appels d’offres publics avec les obligations BIM publiées dans le secteur des infrastructures avec celles de la construction, actuellement un sur trois correspond au secteur des infrastructures.

Découvrez l’observatoire complet en cliquant ici.

Rapport BSI – De l’importance de la digitalisation des entreprises de construction pour être concurrentiel !

L’organisation Internationale de certification Britannique BSI vient de mettre à disposition un nouveau rapport destiné à aider les entreprises à gérer leur transformation numérique sereinement.

Réaliser une véritable transformation numérique dans le secteur du BTP représente un véritable défi selon BSI. Entre les besoins d’adaptations aux standard du marché, les problématiques d’urbanisation et de développement durable, les entreprises doivent faire des choix et définir des priorités tout en se modernisant en même temps. Dilemne difficile !

L’accélération de la digitalisation, aussi connue sous le nom d’Industrie 4.0, rend l’évolution du secteur du BTP d’autant plus importante et cruciale. Centrée essentiellement sur la collaboration et l’automatisation de la création et la gestion de l’information, cette vague de transformation numérique déplace les actifs physiques des structures statiques vers des écosystèmes connectés. Le Big Data, l’Internet des Objets, et le BIM (Building Information Modeling) permettent d’améliorer la conception, la construction et la gestion et la maintenance des bâtiments, tout en prenant en charge la communication entre les machines, ainsi qu’entre les hommes et les machines.

Cependant, cette étude intéressante sur la transformation numérique de BSI révèle aussi que 32% des professionnels de la construction se sentent mal préparés et en retard dans la mise en œuvre des normes de transformation numérique en 2019. Par ailleurs, seulement 12% des entreprises de construction (certainement les majors) se considèrent comme des leaders dans leur domaine en termes de stratégies de transformation numérique. Bien que les entreprises de construction aient beaucoup progressé, ce manque de confiance ralentit les autres acteurs du secteur dans leur modernisation, et par conséquent les empèche de fournir de meilleurs services à leurs clients. Dans des marchés aussi fragmentés que les nôtres, cela représente un problème, sachant que les TPE et PME représentent 80 à 90% du marché total des entreprises. Cela représente un véritable risque puisque si l’ensemble du secteur ne suit pas, l’écosystème global en souffrira.

81% des organisations ont investi, sont en train, ou ont l’intention d’investir dans le BIM au cours des 12 prochains mois et 44% ont investi dans le cloud computing.

Les trois principaux obstacles à la mise en œuvre de stratégies de transformation numérique sont :
– Les limitations budgétaires
– Surmonter les idées préconçues et mentalités des équipes internes
– Manque d’expertise externe / connaissance

Le BIM, clé de voûte essentielle de la transformation numérique dans l’environnement bâti, permet aux entreprises de construction de créer des environnements collaboratifs pour toutes les phases du projet, facilitant ainsi la collaboration pour relever les défis, améliorer la confiance et augmenter la rentabilité des projets. Il a également été constaté que le BIM réduisait les retards – en fait, une étude de BSI a montré que l’utilisation de processus BIM avait permis de gagner en moyenne 15% de temps de travail par projet.

Pour les entreprises cherchant à acquérir un avantage concurrentiel, à réduire leurs dépenses, à travailler plus efficacement et à accroître leur résilience, les normes contribueront sans aucun doute à soutenir une stratégie de transformation numérique. La norme ISO 19650 fournira un cadre permettant au secteur de travailler de manière efficace et efficiente et de respecter les normes les plus strictes.

Ce rapport inclut les résultats d’une enquête menée par plus de 100 professionnels de l’environnement bâti, ainsi que des informations exclusives émanant de personnalités influentes du secteur au Royaume-Uni, notamment :

  • Alex Lubbock (responsable de la construction numérique, ministère des finances et du cabinet du gouvernement Brittanique)
  • Gary Pattison (Expert technique en certification pour le BIM et la construction numérique, BSI)
  • Dan Rossiter (chef de secteur, BSI)

Téléchargez et découvrez ce rapport passionnant de BSI sur la transformation numérique de BSI en cliquant ici.

La Fédération CINOV reprend la route et vous invite à Clermont-Ferrand le 27 novembre pour parler retour d’expérience BIM. Autodesk partenaire de l’évènement !

Pour mieux comprendre l’intérêt et les enjeux du BIM, la Fédération CINOV a lancé depuis plus de 11 mois maintenant un REX BIM Tour où BET, Architectes, entreprises et maîtrise d’ouvrage viennent s’exprimer et présenter leurs expériences, succès, difficultés parfois mais surtout retour sur investissement de leurs projets réalisés en processus BIM. Cette démarche a pour objectifs de démystifier, simplifier et confronter les approches à toutes les étapes du projet, de la conception à la gestion et maintenance.

La prochaine étape se déroule dans moins de deux semaines à Clermont-Ferrand, l’une des patries du numérique qui a vu naître des références du numériques, impliquées au plus haut niveau dans cette transition comme Gilles Charbonnel, Président d’ADN Construction, Julien Mercier, Vice-Président Innovation et Prospective à CINOV, Bruno Slama, PDG et fondateur de BBS Slama ayant créé Clima Win, Stéphane Bernard, PDG d’Attic+, l’une des solutions de référence pour les économistes de la construction, et bien d’autres encore.

La Société Autodesk, Partenaire CINOVACTION et impliquée dans la transition digitale est aussi partenaire de ce REX BIM Tour car elle considère que c’est au travers de ce type d’initiatives que le BIM pourra prendre racine et se développer en France.

Le prochain REX BIM Tour se déroulera le 27 novembre 2019 prochain à Clermont-Ferrand de 13H30 à 17H35 à l’hôtel de Région.

Au programme de cette demie journée :

Pour vous inscrire gratuitement à cet évènement, cliquez ici.

Le Cadre BIM Britannique publie deux nouveaux documents intéressants pour l’implémentation d’un BIM efficace et utile !

Le Cadre BIM Britannique vient de publier deux nouveaux documents intéressants : Orientation, partie 2 : Processus d’exécution des projets (deuxième édition) et atterrissages progressifs gouvernementaux (Government Soft Landings), orientations révisées à l’intention du secteur public sur l’application de la norme BS8536, parties 1 et 2.

Le cadre BIM britannique publie aujourd’hui ces deux documents destinés à aider les praticiens à intégrer et à mettre en œuvre le processus BIM (Building Information Modeling).
Ces deux documents peuvent être téléchargés à partir du site web du cadre BIM Britannique en cliquant ici.

Le Cadre BIM Britannique ou UK BIM Framework est l’approche globale pour la mise en œuvre du BIM au Royaume-Uni développée par l’Alliance Britannique BIM, BSI définissant les normes et CDBB (Centre for Digital Built Britain). Ensemble, ces documents renforcent la mission du Cadre BIM Britannique d’aider le secteur à comprendre les normes BIM et leur mise en œuvre. Collectivement, BSI, CDBB et UK BIM Alliance élaborent et préconisent un ensemble unique d’orientations de manière claire et concise. En proposant une approche coordonnée à la création, à la communication et à la mise en avant internationale pour le BIM britannique, ils visent à assurer une transition en douceur dans l’intégration de la série BS EN ISO 19650.

La deuxième édition de la partie d’orientation 2 : Processus d’exécution du projet fournit une mise à jour comprenant une nouvelle section sur l’environnement de données commun (CDE). Il fournit également des informations supplémentaires sur les activités associées à la norme ISO 19650-2, article 5, portant sur :

  • Évaluation et besoin
  • Invitation à soumissionner
  • Réponse à l’appel d’offre
  • Nomination et clôture du projet

Les activités restantes de l’article 5 seront abordées dans la troisième édition de janvier 2020, parallèlement aux informations associées aux exigences en matière d’informations et à d’autres thèmes de la série ISO 19650. Il est intéressant de noter que l’évolution des orientations et commentaires sont les bienvenus, qui peuvent être envoyés ici en écrivant à info@ukbimframework.org

Outre la mise à jour de la partie 2 du Guide, le cadre BIM britannique publie également des lignes directrices révisées à l’intention du secteur public sur l’application de BS8536 parties 1 et 2 – Atterrissages progressifs du gouvernement (Government Soft Landings).

Pour le succès d’un actif, une collaboration efficace dès le début d’un projet est essentielle, en tenant compte de l’utilisateur final et du fonctionnement continu du ou des biens. Les Government Soft Landings (GSL) fournissent un aperçu des activités et un mécanisme facilitant la collaboration et garantissant que les objectifs tout au long de la phase de conception et de construction restent alignés sur les objectifs du bâtiment en exploitation. Les GSL sont entre autres destinés à aider à livrer des hôpitaux qui promeuvent de meilleurs services de santé, des écoles qui améliorent les résultats de l’enseignement et des bureaux qui utilisent moins d’énergie et sont des lieux de travail plus efficaces. Les GSL sont destinés à soutenir le secteur public, mais apporteront également des avantages au secteur privé en permettant une transition en douceur de la construction à l’exploitation.

L’auteur principal des Governement Soft Landings, Dave Philp, du Centre for Digital Built Britain (CDBB), déclarait récemment :

«Les Governement Soft Landings sont essentiels pour les clients du secteur public qui financent des travaux de conception et de construction, mais cette approche s’applique également aux projets d’entreprises pour le secteur privé. L’application de ces instructions prend en charge l’importance du coût de la maintenance d’un actif construit tout au long de son cycle de vie « 

Téléchargez ces nouveaux documents en cliquant ici.

Le Royaume-Uni lance un nouveau cadre BIM dans la lignée de leur hub Digital Twin

Un nouveau cadre BIM pour bénéficier de la norme ISO19650

Les leaders de la construction numérique au Royaume-Uni se sont réunis pour établir un nouveau cadre définissant la manière dont le BIM devait être adopté au Royaume-Uni à mesure que les sociétés passent à la nouvelle norme internationale ISO.

La UK BIM Alliance, BSI et le Centre for Digital Built Britain en Grande-Bretagne (CDBB) viennent de lancer un nouveau site Web donnant des informations sur le cadre BIM que vous pouvez découvrir en cliquant ici.

Il décrit l’approche choisie pour mettre en œuvre le BIM au Royaume-Uni en utilisant les informations fournies par la série des standards ISO 19650.

Le site met à disposition les éléments suivants :

  • les normes publiées appelées à mettre en œuvre le BIM au Royaume-Uni
  • le cadre de référence BIM du Royaume-Uni
  • des liens utiles vers d’autres ressources

Anne Kemp, présidente de l’association britannique UK BIM Alliance a salué ce grand pas et a remercié tous les acteurs impliqués dans cette avancée. en souhaitant que cela aide l’écosystème britannique dans le cadre de sa transformation numérique.

La UK BIM Alliance va ainsi collaborer avec BSI pour lancer le hub Digital Twin afin de fournir au secteur du BTP un terrain d’essai permettant un partage sécurisé des données au sein des jumeaux numériques et entre eux.

Le cadre britannique BIM constitue une base essentielle pour les futurs développements autour du projet National Digital Twin. Par ailleurs, le CDBB a nommé BSI en tant que facilitateur de hub pour un nouveau hub dédié aux jumeaux numériques (DT Hub), une communauté Web pour les premiers utilisateurs, les éditeurs et les créateurs de jumeaux numériques.

Le DT Hub sera lancé avec six organisations pionnières ayant déjà ou jumelant des jumeaux numériques dans l’environnement construit. Les organisations souhaitant rejoindre le Hub DT peuvent se faire connaître auprès de CDBB.

BSI créera une plate-forme Web collaborative et organisera le contenu en ligne et hors ligne généré par la communauté. CDBB et BSI collaboreront avec les membres du DT Hub pour développer des exemples d’utilisation et des démonstrateurs pour les jumeaux numériques, ainsi que pour informer les futures normes et orientations à l’appui des jumeaux numériques et du partage de données.

Alexandra Bolton, directrice exécutive du Centre pour le numérique construit en Grande-Bretagne, a déclaré: «Le potentiel de transformation des jumeaux numériques réside dans le fait de les connecter, de fournir une meilleure compréhension dans un contexte plus large. Nous sommes ravis de nous associer à BSI pour lancer le hub DT afin de fournir à l’industrie un banc d’essai permettant un partage sécurisé des données au sein des jumeaux numériques et entre eux. ”

La nouvelle plateforme BIM Dictionary est née !

Le lancement de la nouvelle plateforme BIM Dictionary créée par Bilal Succar a été annoncé récemment.

Elle a été pour l’occasion revue avec de nombreuses nouvelles fonctionnalités et des améliorations dans le domaine de la navigation, de la recherche de termes ainsi que leurs descriptions. Les utilisateurs peuvent ajouter leurs notes personnelles à chaque terme, créer une liste de favoris et intégrer plusieurs termes dans des blogs personnels et des sites Web d’entreprise. Par ailleurs, de nouveaux tableaux de bord pour les rédacteurs, les relecteurs et les conservateurs de thèmes sont conçus pour les aider à traduire et à mettre à jour les termes. Les volontaires qui travaillent sur le BIM Dictionary n’auront plus besoin de tableurs ni de courriels pour faire leur travail mais pourront utiliser le moteur d’édition développé sur mesure pour communiquer et réviser / approuver les conditions.

Mais qu’est-ce que le BIM Dictionary ?

Le BIM Dictionary est un effort visant à établir une ressource fiable et une compréhension commune des termes fréquemment utilisés dans l’environnement bâti. Ce dictionnaire BIM relie des centaines de termes à leurs descriptions et traductions vérifiées, et constitue une référence révisée par des pairs pour des guides et des outils en ligne.


Objectifs du projet

Le dictionnaire BIM comprend des centaines d’éléments de dictionnaire composés de termes, descriptions, synonymes et abréviations. Un grand nombre de ces termes seront traduits dans d’autres langues grâce aux efforts de volontaires internationaux.

Reflétant l’objectif ci-dessus, le projet de dictionnaire BIM a les objectifs suivants :

  • Fournir un glossaire accessible et facile à utiliser des termes nécessaires pour discuter et promouvoir l’innovation numérique
  • Fournir une description de ces termes basée sur la recherche, selon des règles claires de sélection, d’inclusion et de rejet
  • Fournir des traductions dans de nombreuses langues du monde pour encourager – en utilisant des termes et des descriptions communs – la collaboration entre les marchés
  • Fournir du matériel de référence fiable par le biais de l’approvisionnement en pairs (par opposition à l’approvisionnement collectif adopté par Wikipedia ou par un moyen similaire) et d’un examen par les pairs
  • Fournir une ressource pour développer des blocs de connaissances de niveau supérieur (par exemple, des éléments de compétence) nécessitant un ensemble interconnecté d’éléments de dictionnaire
  • Fournir une ressource en ligne pour les sites Web, les blogs, les outils numériques et les documents.

Une nouvelle plateforme

Mettre à disposition une meilleure interface utilisateur et une expérience éditoriale intuitive ne représente qu’une petite partie d’un effort de développement beaucoup plus vaste. Le nouveau dictionnaire BIM est une plate-forme destinée à la connectivité et à l’expansion des connaissances. Combinant une architecture à base de microservices (serveur) avec une application à une seule page (client), la plate-forme fournira non seulement de meilleurs supports et plus rapidement, mais les connectera également à une variété de solutions en ligne et de sources de données.

Par exemple, des « modèles d’extension » seront associés aux termes, étiquettes et sujets sélectionnés. En outre, une API / SDK sera mise à la disposition des partenaires collaborateurs afin qu’ils puissent proposer de nouvelles méthodes – manuelles et automatisées – permettant de récolter, de gérer et de servir ouvertement les connaissances nécessaires à la transformation numérique.

De nombreuses nouvelles fonctionnalités ont déjà été implémentées et de nombreuses autres sont programmées ou planifiées. Au cours des prochains jours et des prochaines semaines, celles-ci seront annoncées et documentées. Si vous ne voulez manquer aucune annonce, rejoignez le groupe BIMe Initiative sur LinkedIn, suivez le compte @bimeinitiative sur Twitter et / ou inscrivez-vous pour recevoir le bulletin BIMe Initiative.

Découvrez le BIM Dictionary et la BIMe Initiative ici.

Programme de certification professionnelle buildingSMART, une référence qui se veut mondiale et ambitieuse !

La référence mondiale pour la formation openBIM

L’association internationale qui régit et promeut l’openBIM et le standard IFC, buildingSMART International est généralement synonyme d’assurance qualité et de normalisation dans la numérisation du secteur des actifs immobiliers.

Créée en 1996 par Autodesk, AT&T, Archibus, HOK et 8 autres grandes sociétés internationale, cette grande organisation propose depuis peu de certifier les sociétés et personnes dans leur capacités à gérer un processus openBIM.

Ce programme de certification professionnelle a été créé afin d’aider les organismes de formation à fournir un contenu de formation normalisé et reconnu au niveau international. buildingSMART ne dispensera pas de formation directement, mais définira les résultats d’apprentissage et gérera la certification des prestataires de formation, ainsi que les tests et la qualification des personnes.

Le programme de certification buildingSMART Professional permet aux organismes de formation d’éduquer et de certifier des personnes selon un cadre d’apprentissage mondial reconnu.

Ce programme est un moyen pour valider les compétences openBIM des professionnels travaillant en BIM. Les professionnels qualifiés et certifiés peuvent démontrer que leurs connaissances sont conformes aux normes internationales et aux meilleures pratiques.

Avec le lancement de ce programme, buildingSMART met en place une référence mondiale pour l’évaluation des compétences openBIM. Cette initiative internationale est en cours de développement et d’adoption en Europe, en Asie et sur le continent américain. Que vous soyez un représentant de chapitre local, un partenaire de développement, un organisme de formation ou un particulier souhaitant obtenir une certification, cette initiative peut vous intéresser.

Les objectifs du programme sont de :

  • Normaliser et promouvoir le contenu de la formation openBIM
  • Soutenir et accréditer des organismes de formation
  • Evaluer et certifier des individus

À qui s’adresse le programme ?

Aux Personnes :

Ce programme est conçu en pensant avant tout aux professionnels du secteur de l’AEC. Les personnes sont invitées à suivre le cours de leur choix approuvé par buildingSMART. Une fois la formation terminée, le participant peut effectuer l’évaluation en ligne pour devenir un buildingSMART Professionally Qualified.

Les avantages :

  • Contenu de formation standardisé basé sur les derniers développements internationaux et les meilleures pratiques.
  • Une qualification et une marque d’assurance qualité mondialement reconnues.
  • Un processus de test et de qualification en ligne simple, rapide et sécurisé.

Organisations du secteur :

Les employeurs qui souhaitent renforcer les compétences de leurs Equipes peuvent être assurés que les cours validés par buildingSMART refléteront les meilleurs principes internationaux de l’openBIM. Les organisations opérant dans plusieurs pays peuvent bénéficier d’une formation cohérente dans son contenu et reconnue internationalement.

Les avantages :

Former ses Equipes conformément à un référentiel reconnu internationalement.
Bénéficier d’une formation standardisée, indépendamment de l’institut de formation ou du pays dans lequel la formation est dispensée.
Démontrer la compétence BIM de son entreprise sur des projets avec la qualification buildingSMART pour ses employés.

Organismes de formation :

Les organismes de formation peuvent adhérer au programme par l’intermédiaire de leur chapitre local. En adoptant le cadre d’apprentissage localisé, les partenaires de formation peuvent faire approuver leurs cours «buildingSMART». Les organisations peuvent également bénéficier de matériel de formation, de séminaires et d’un soutien continu fourni par l’équipe du chapitre.

Les avantages :

  • Lancer le développement du contenu de son propre cours en utilisant le cadre d’apprentissage buildingSMART.
  • S’assurez que son cours est à jour et reflète les meilleures pratiques.
  • Bénéficier des consignes d’apprentissage et des mécanismes de soutien du chapitre local.
  • Labelliser son parcours comme «approuvé par buildingSMART».

Les chapitres locaux buildingSMART

Le programme est géré au niveau national par l’intermédiaire des chapitres locaux. Les sections s’engagent avec leur écosystème local et adaptent le cadre d’apprentissage aux besoins spécifiques de chaque pays. De plus, les chapitres locaux peuvent aider les partenaires de formation à structurer correctement leurs cours et, finalement, à approuver leur contenu d’apprentissage. L’évaluation et la qualification des personnes sont également gérées par le chapitre local.

Les avantages :

  • Programme facile à adopter basé sur le cadre d’apprentissage standardisé buildingSMART et le matériel de support
  • La plateforme en ligne est entièrement développée et ne nécessite qu’une personnalisation locale minimale avant utilisation.
  • Renforce les relations avec ses membres.
  • Établit une source de revenus stable.

Structuration du programme

Le programme est divisé en deux phases. La phase 1, intitulée Qualification individuelle, est axée sur l’apprentissage fondé sur le savoir. La qualification individuelle a été développée sur la base du programme d’éducation réussi de buildingSMART Norvège. En septembre 2017, le programme a été officiellement lancé par buildingSMART International et il est actuellement adopté et mis en œuvre par des chapitres à travers le monde.

Au cours de la phase 2, un programme plus complet sera lancé qui abordera l’apprentissage appliqué dans le domaine. Cette deuxième phase, simplement appelée certification professionnelle, devrait être prête pour le marché en 2021.

L’enseignement supérieur est le niveau de formation le plus élevé possible. buildingSMART s’occupant essentiellement du domaine professionnel, l’enseignement supérieur n’est pas abordé directement dans ce programme. Toutefois, les établissements d’enseignement supérieur peuvent choisir d’incorporer la qualification individuelle buildingSMART ou la Certification Professionnelle dans leurs programmes.

BuildingSMART se concentre actuellement sur la phase 1: Qualification individuelle.

Découvrir l’intégralité de la structure du programme ici.

Enfin, si vous voulez tout savoir sur ces formations et certifications openBIM, cliquez ici.

Concours BIM Polantis, le palmarès 2019 ravit le Jury et Evry-Courcouronnes Revit !

C’est LE concours BIM de référence en France depuis ces dernières années car il permet de révéler des talents, futurs architectes et ingénieurs maîtrisant, au-delà du projet, un processus devenu incontournable : le BIM. Découvrons ensemble les lauréats de cette année. La soirée de remise des trophées se déroulait le 3 octobre 2019.

Palmarès du Concours BIM 2019. « L’entité urbaine vivante » nommée « 2Py.Cloud » reçoit le 1er prix

Gregorio Saura, Borja Martinez, Alicia Moreno, Angel Gonzalez, Lorenzo Muro et Francisco Martinez montent sur la première place du podium avec un projet ambitieux : une réponse architecturale et urbanistique conçue grâce à la donnée.

Art Avec Amour | www.artavecamour.com

Les invités de BIMobject et de Polantis ont été accueillis le 3 octobre pour découvrir les lauréats de cette 4ème édition du Concours BIM 2019. C’est la Fondation Excellence SMA, partenaire du concours, qui a mis son très bel auditorium à disposition pour la soirée.

Quel élan pour accompagner la réhabilitation des mythiques Pyramides ?

Pour cette 4ème édition, BIMobject et Polantis s’étaient associés à la ville d’Évry-Courcouronnes qui avait proposé un défi de taille aux candidats : proposer un centre socio-culturel qui aurait une vocation sociale globale. Ouvert à l’ensemble de la population habitant à proximité, offrant accueil, animation, activités et services à finalité sociale, le projet devait permettre de désenclaver le site choisi.

1er prix pour le projet « 2PyCloud.centre » de Gregorio Saura, Borja Martinez, Alicia Moreno, Angel Gonzalez, Lorenzo Muro et Francisco Martinez.

Cette équipe pour le moins cosmopolite a travaillé des quatre coins de l’Europe. Parfait exemple d’une collaboration BIM réussie, ils ont surpris – et même dérouté le jury – avec un projet ambitieux.

Un projet singulier et qui a fortement fait débat au sein du jury !

Véritable réponse architecturale et urbanistique conçue grâce à la donnée, c’est LE projet qui a su répondre au mieux à un impératif : créer un dialogue avec son environnement.

2Py.Cloud présente des ramifications avec l’ensemble du quartier des Pyramides : il est parfaitement intégré au site. Les ouvertures sont nombreuses pour permettre une bonne circulation des riverains et pour faire de ce centre socio-culturel un vrai lieu de rencontre. Le projet traite avec les franges du site, et même au-delà du site.

2Py.Cloud bâtit « la smart-ville à l’échelle d’un voisinage » : porteur de nombreuses innovations, avec un système IOT complet qui permet une réponse à une multitude d’usages, les candidats ont su proposer le meilleur de ce que l’on sait faire (pour le moment) en termes de digital.

L’équipe « 2Py. Cloud » est cosmopolite et elle a réussi son pari : collaborer pleinement lors de la conception et faire collaborer le projet avec son site.

Cette synchronicité intelligente et cette volonté d’échanger, de collaborer grâce au digital, n’est-ce pas l’essence du BIM ? L’Equipe lauréate a utilisé Autodesk Revit, la solution BIM référence dans le secteur de l’Architecture, de l’Ingénierie et de la Construction.

2ème prix pour le projet « Poésie des pleins et des vides pour un lieu ouvert » de Louis-Nicolas Pinton, Clément Baehr et Sébastien Regall.

Le nom de ce projet laisse déjà entrevoir toute une sensibilité et une poésie.

Il faut imaginer des Pyramides… et les « retourner » pour voir apparaître le projet. Les containers (parallélépipèdes remplaçants les pyramides) qui le composent sont suspendus à une structure soutenant une toiture protectrice.

Bien installées sur leur site, dans un jeu de vides et de pleins, ces boîtes laissent percer la lumière et donnent à voir ce qu’il se passe à l’intérieur pour donner envie d’entrer aux riverains.

Que dire de la démarche BIM ? La maquette BIM conçue avec Autodesk Revit est maitrisée, les quantitatifs détaillés avec des objets BIM bien intégrés.

Art Avec Amour | www.artavecamour.com

3ème prix pour le projet « La Barque Solaire » de Jérôme Lecat.

Ce grand espace intérieur dédié à tous, ses volumes bas tout en douceur pour ne pas dénoter avec les Pyramides, ont retenu l’attention du jury.

Lors des délibérations, tous ont salué l’élégance de cette proposition architecturale minimaliste qui cultive un lien très étroit avec l’Histoire et qui sait nous ramener aux fondamentaux.

Mention spéciale aussi pour l’excellente prise en compte des préoccupations environnementales et l’utilisation des études thermiques – faites grâce à Archiwizard – pour la conception, notamment du plafond de bois. La maquette BIM du projet a été développée et conçue avec Autodesk Revit.

Ce plafond de bois qui se fait barque de Khéops inversée, clin d’œil aux Pharaons, ouverture aux voyages et appel à la curiosité : celle d’entrer dans ce lieu de réunion.

Cette barque… a embarqué le jury… : il fallait oser proposer un tel hommage à la sobriété. Bravo à Jérôme Lecat.

Art Avec Amour | www.artavecamour.com

Un Concours BIM qui va évoluer et dont les règles vont changer

Cette 4ème édition marque un tournant heureux pour le Concours BIM qui va devoir se renouveler : en effet, depuis son lancement en 2015, le niveau d’adoption du BIM a fortement augmenté. A l’avenir, les candidats devront fournir des livrables qui témoignent encore plus de leur démarche BIM.

Composition du jury : Hervé Perard, Maire Adjoint d’Évry-Courcouronnes délégué à l’Enseignement Supérieur ; Roland Marques, architecte et représentant du Conseil National de l’Ordre des Architectes ; Stevens Chemise, ingénieur ESTP chez Graitec Innovation ; Anis Naroura, architecte et BIM Manager chez Setec TPI ; Arnaud Désirée, architecte DPLG et BIM Manager chez MONOKROM ; Kévin Bailly, architecte chez Valode & Pistre et lauréat du 2ème prix du Concours BIM 2017 ; Rafael Garcia, associé, architecte et Responsable BIM à Pickle ; Fabrice Lagarde, architecte et associé de WRA et Vladimir Doray, architecte et associé de WRA, Xavier Soule, PDG d’Abvent .

Les parrains du concours étaient aussi présents, ces « incontournables » de l’écosystème BIM accompagnent le concours depuis plusieurs éditions : l’Ordre des Architectes, l’UNSFA, le Club BIM Prescrire, HEXABIM, BTP.tv et Volumic. Ils ont été rejoints cette année par Highline et ADN Construction.

Pour plus d’information sur le Concours BIM, contactez Polantis et BIMobject au 01 42 64 07 02.

Le REX BIM Tour de la fédération CINOV repart à Toulouse et parlera Data, Autodesk partenaire !

La Fédération CINOV s’implique plus que jamais dans le déploiement du BIM en France chez les TPE-PME. L’idée ? Montrer qu’il est possible de digitaliser son entreprise et de BIMiser ses process de conception et de construction à coût raisonnable, avec succès. L’idée est aussi – en toute transparence – de parler des difficultés, des moyens à mettre oeuvre et de partager les bonnes pratiques.

Autodesk, fidèle à son engagement avec CINOV, est partenaire de cet évènement très riche et important pour les BET et ingénieurs.

La prochaine étape sera accueillie par la Mêlée-Numérique dans le cadre de la journée « spéciale BIM » du mercredi 2 octobre 2019.

Toulouse le 2 octobre 2019, nouvelle étape du REX BIM Tour !Le REX BIM Tour de Toulouse mettra notamment en avant la nouvelle base de lancement d’Ariane 6 à Kourou conçue et construite en BIM. A la suite des présentations des 4 retours d’expérience régionaux, les représentants d’Airbus, de la CAPEB, de SMA BTB, des BET, la chambre des Notaires de Toulouse et Jacques Oberti président de SICOVAL débattront de la maturité, du partage et du stockage des données BIM.

Programme :

REX 1 – Projet du Groupe Scolaire Germaine Tillon :

Le groupe scolaire Germaine Tillion dans le quartier de Bordeblanche de Toulouse, fait partie des trois chantiers expérimentaux lancés dans le cadre du projet BIM Construction Occitanie.

REX 2 – BIMétric : évaluer la construction en BIM de la résidence d’étudiants et jeunes travailleurs à Labège :

Réalisé dans le cadre du programme PUCA “ BIM maquette numérique”, le chantier de construction de la résidence de Labège comporte 50 chambres d’étudiants, 50 logements pour jeunes travailleurs ainsi que 2 commerces et 1 logement de fonction.

REX 3 – Passerelle piétons / cycles de Gourdan Polignan – Montréjeau élaborée en BIM :

Projet d’envergure conçu en BIM par le bureau d’études INGC d’Auch et mené entre autres intervenants avec l’entreprise Colas Sud-Ouest, la passerelle piétons/cycles enjambe la Garonne depuis avril 2019 permettant ainsi de relier les communes de Gourdan-Polignan et Montréjeau. Cet ouvrage complexe a été réalisé en alliage d’aluminium de 70 mètres et 49 tonnes.

REX 4 – ELA 4 – La nouvelle base de lancement d’Ariane 6 à Kourou en Guyane :

Mis en œuvre par Eiffage, ce chantier hors norme s’est appuyé sur un savant cocktail numérique et collaboratif de modélisation 3D, de 4D et de compilation de millions d’informations provenant de différents intervenants.

TABLE RONDE : Maturation, partage et stockage des données BIM du programme à l’exploitation :

Le BIM (Building Information Modeling / Management) se généralise dans toutes les phases d’un projet de construction : planification, conception, réalisation, exploitation. Théoriquement, les bénéfices qu’apporte ce processus sont nombreux : décloisonnement et collaboration entre les différents intervenants, fluidification des échanges et interactions entre les informations et modèles BIM, meilleure anticipation et maîtrise des coûts et délais tout au long du cycle de vie… Dans la réalité, ces avantages sont entre autres conditionnés par un élément central : les données.

REX BIM Tour
LES DONNÉES BIM DU PROGRAMME A L’EXPLOITATION
Retours d’expériences et focus sur les DATA BIM

Cet évènement passionnant se déroulera le mercredi 2 octobre 2019 ici :

  • Lieu : La Mêlée-Numérique, Quai des savoir – Toulouse
  • Horaires : de 14h00 à 18h30
  • Un déjeuner Networking ouvrira l’événement à partir de 12h15

Programme & inscriptions en cliquant ici ! 

BIM&Co vous invite à une journée dédiée à l’importance des objets BIM le 3 octobre 2019

Venez retrouver les acteurs de l’acte de construire le 3 octobre 2019. Qu’ils soient maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, installateurs, fabricants et tous ceux impliqués dans le projet, cette journée leur est dédiée.

Un agenda très riche se dessine avec notamment des interventions de Systra, GA Smart Building, Vincent Bleyenheuft, de CAD@Work, expert reconnu du BIM et notamment des familles BIM, et aussi la société Aurblanc, BIM&Co a réuni le nec plus ultra du BIM.

Au travers d’échanges, de présentations et de tables sur des thèmes tels que les conventions, les classifications et standards, la collaboration, les bonnes pratiques, les propriétés et les maquettes, vous comprendrez l’importance de la structuration et préparation du travail pour un processus BIM optimal.

Pour vous inscrire et obtenir tous les détails sur cette passionnante journée de BIM&Co gratuite qui se déroulera dans le centre de Paris près d’Opéra, cliquez ici.