Interview Startup Innovante – ETC-TEC, les petits génies du BIM génératif et intelligent

Cette semaine, nous recevons les créateurs d’une petite startup qui monte, ETC-TEC qui développe des applications innovantes pour les Architectes et BET afin de leur simplifier le quotidien : Clara Euler et Amilcar Ferreira !

Bonjour Clara et Amilcar, ravi de vous recevoir sur ABCD Blog. Pourriez-vous svp vous présenter en quelques mots ainsi que votre parcours ?

Bonjour !

Nous sommes les fondateurs de etc-tec, une entreprise qui se consacre aux liens entre BIM et conception générative, à travers la recherche, le consulting et tout particulièrement le développement de logiciels sur les phases initiales de conception, à l’attention de tous les corps de métiers.

Amilcar est le CTO, responsable de la recherche et développement des solutions etc-tec et basé à Paris, tandis Clara est chargée de la communication et business developer, à Londres.

Vous venez d’ailleurs tous deux d’agences d’architecture et vous avez basculé dans le domaine du logiciel ?

Clara : Nous nous sommes rencontrés il y a environ 4 ans, dans un atelier où Amilcar était architecte et responsable recherche et développement des outils paramétriques et où je travaillais à la communication et refonte du site internet. Amilcar avait déjà bien infiltré le monde du logiciel, et je raccroche les wagons !  

A ce propos, Amilcar, votre enfance a été bercée par cette passion pour les technologies n’est-ce pas ?

Amilcar : Enfant j’avais un vieil ordi a la maison et je l’utilisais pour apprendre à écrire et faire des mathématiques… Ma mère, qui était expert-comptable, me laissait gérer ses tableaux Excel alors que j’étais gamin. Depuis mon adolescence et tout au long de mon parcours universitaire et professionnel, j’ai toujours cherché la meilleure façon d’optimiser mes tâches avec la programmation.

Vous étiez des utilisateurs et fans de Revit ?

Clara : Soyons honnêtes, je suis de la team Adobe plus que Revit, mais à force de voir les architectes rivés à leur écran pendant des heures, j’ai forcément été intriguée.

Amilcar : Je connais Revit depuis 2004 et je l’utilise depuis 10 ans, mais au début de ma carrière, j’étais beaucoup plus intéressé par la conception architecturale que par les études et la construction. Du coup, j’étais plus intéressé par des logiciels NURBS, de programmation graphique et script. Puis j’ai eu l’opportunité de suivre plusieurs projets dans toutes leurs phases, j’ai compris la pertinence de Revit, du BIM, du dessin collaboratif, et là je suis devenu un fan de Revit. En plus le fait que Revit propose une API ouverte au public m’a permis de beaucoup m’amuser !

Clara : Amilcar a des hobbies que je qualifierais de “particuliers”.

Quand, comment et pourquoi vous est venue l’idée de créer ETC-TEC ?

Amilcar : etc-tec est un projet que j’ai dans mes cartons depuis 2009. Ça a commencé avec mon projet de fin de Master où j’ai exploré le processus de conception architecturale, et comment y intégrer des algorithmes afin de gagner du temps, optimiser les concepts architecturaux et inspirer l’architecte.

J’avais créé la base et les premiers outils. Je voulais le développer mais à l’époque mes idées n’étaient pas bien reçues par les architectes. Au début de ma carrière, j’ai eu la chance d’être invité par une société de recherche – le studio SEED à Barcelone – où j’ai pû développer un peu mes idées. Mais à cause de la crise financière, j’ai dû mettre de côté mes projets et me dédier à l’architecture de façon plus « traditionnelle ». Même si je n’ai pas toujours eu l’occasion d’intégrer mes idées dans mon quotidien comme architecte, j’ai toujours cru à ce projet et j’ai continué à le développer pendant dans mon temps libre.

En 2018, j’ai fini la première maquette d’un produit qui répondait à cette recherche, et j’ai décidé que c’était le moment de me lancer là-dessus, surtout qu’aujourd’hui le public est beaucoup plus réceptif. Les concepts comme le BIM et la conception générative sont à présent connus et intégrés dans le vocabulaire de presque tous les architectes…

Du coup je me suis lancé et j’ai proposé à Clara de me rejoindre pour travailler sur la communication et le business development.

Vous avez 2 applications : G Algo et G Plus. A qui s’adressent-elles et quelles problématiques résolvent-elles ?

Pour le lancement d’etc-tec, nous avons deux applications qui résultent de ce projet de recherche.

L’objectif principal est d’améliorer l’expérience de l’utilisateur Revit dans les phases esquisse.

etc signifie Expression, Test, Cycle et ce triumvirat s’applique à toutes les phases d’un processus de conception. Le but est de permettre au dessinateur de se dédier uniquement à l’expression et d’attribuer à l’ordinateur les taches fastidieuses et chronophages de test et cycle.

G.Algo est né de ce principe et s’adresse aux architectes mais aussi aux promoteurs, ainsi qu’aux maitrises d’ouvrage.

Il comprend une interface simple pour que l’utilisateur puisse esquisser sur Revit, puis propose la couche “conception générative” pour que le dessinateur puisse poser des questions au logiciel.  Par exemple, comment optimiser la surface. Le logiciel est capable de générer des variantes du projet, de les tester et de procéder à des cycles à répétition ; jusqu’à trouver les solutions qui répondent le mieux à la question posée.

G.Plus est une boite à outils, qui propose des fonctions complémentaires faisant gagner du temps à tous les corps de métier du bâtiment : les liens entre Revit et Microsoft Excel, la duplication simultanée des carnets de vue, la création des schémas de couleur pour repérer visuellement les données dans une ou plusieurs catégories d’éléments… Le but est d’économiser du temps, en automatisant les tâches répétitives et chronophages.

Comment convaincriez-vous un architecte ou un BET de l’intérêt de vos solutions ? Quels sont leurs éléments différentiateurs ?

G.Plus est plus généraliste, les fonctions sont très directes. Vous économisez plusieurs jours de travail chronophage en automatisant la mise à jour des informations des paramètres dans les pièces, la création des plans de repérage ou les vues de coordination.

La communication d’information entre le BET, l’architecte, l’économiste et la maitrise d’ouvrage devient plus facile et plus rapide !

Une journée de travail d’une personne peut être réduite à quelques secondes et libère du temps pour des tâches plus intéressantes !

G.Algo est plus orienté vers les architectes, promoteurs et maitres d’ouvrage qui ont besoin de faire des études de faisabilité, des schémas formels ou fonctionnels des bâtiments, de tester leur concepts et chercher des solutions optimales.

Avec cet outil, un cabinet d’architectes peut faire des dizaines d’études formelles et fonctionnelles en une journée. Grâce au dessin génératif, les équipes peuvent demander à l’ordinateur de tester et optimiser leur concept selon les objectifs du programme et de le tester face au PLU. Une agence d’architecture peut ainsi gagner plusieurs journées de travail dans une phase de concours.

Les promoteurs ou les maitres d’ouvrage peuvent aussi faire de leur côté des études de faisabilité avant le lancement d’un concours.
On peut ainsi partager des maquettes très légères mais très complètes en informations dans les phases esquisse et APS, avec des BET et économistes, ce qui peut leur permettre aussi d’intégrer leurs études dans Revit plus tôt dans le projet.

Notre gros avantage par rapport à d’autres solutions sur le marché, c’est l’attention que nous avons à créer des interfaces simples et intuitives. De plus, nos outils sont vivants et en évolution constante : en fonction des retours de nos clients et de leurs besoins, on intègre des fonctionnalités supplémentaires (par exemple, en ce moment nous travaillons sur un outil de modélisation de volume capable de modéliser selon les règles d’un PLU, une fonction demandée par plusieurs de nos clients). Les mises à jours sont fréquentes ;  GPlus v1 est sorti en septembre et la V2 sort avec deux nouvelles fonctions en 2020.

Et qu’est-ce qu’ETC.app ?

etc.app est une application de bureau très légère et simple d’utilisation, qui permet de télécharger et mettre à jour les applications etc actives sur votre ordinateur.

Ces solutions sont-elles développées sur les APIs de Revit ?

Oui, notre objectif c’est d’intégrer nos outils au maximum dans l’interface de Revit. Nous essayons de « copier » les démarches des autres commandes sur Revit pour que l’utilisation de nos outils soit très intuitive pour un utilisateur Revit.

Soyons honnête, quand un utilisateur nous dit qu’il ne savait pas que nos outils n’étaient pas natifs dans Revit, on est ravis !

Les études de faisabilité chez les architectes, un grand sujet. Et vous semblez le résoudre de manière intelligente. En quoi cela diffère-t-il des volumes conceptuels dans Revit ? Allez-vous plus loin?

Oui, carrément plus loin avec G.Algo. Nous travaillons une nouvelle catégorie dans Revit nommée « Bâtiment » et qui représente un Bâtiment en LOD 100. Malgré sa représentation schématique et simple, nous avons dans une seule entité toute l’information de notre projet : les surfaces, les ratios de surface, les linéaires de façade, ainsi que le programme – les zones du bâtiment, toutes les pièces qui vont dedans, etc…

Cette famille a aussi des types que nous pouvons configurer à l’infini, et qui correspondent à des typologies de bâtiments différentes. On en aura une représentation en plan différente :  par exemple un type Bureaux aura une représentation avec un couloir central, une épaisseur de façade, mais une typologie Equipement aura peut-être en plus un noyau aveugle pour les locaux de stockage et deux circulations parallèles. Du coup, quand on modélise notre bâtiment, nous avons aussi une représentation en plan plus détaillée. Nous pouvons facilement changer le type de notre bâtiment par zones et également ajuster automatiquement les trames et largeurs de couloirs sans être obligé de tout redessiner.

Nous pouvons aussi facilement contrôler le respect des règles d’un PLU.

Faites-vous appel à de l’intelligence artificielle ou une approche similaire ?

Pour l’instant c’est plutôt de la statistique.

L’algorithme génératif ‘etc’ s’appuie sur l’esquisse de l’architecte, et les paramètres variables qu’il a ajouté à l’esquisse, la contrainte du PLU et l’objectif établi : il fait une série de permutations entre les valeurs variables possibles, il génère des solutions, les teste face au PLU et il récupère les solutions qui se rapprochent le plus de l’objectif établi. Parfois, les solutions peuvent surprendre l’utilisateur et l’inspirer.

Avez-vous quelques Clients testant déjà vos solutions et qu’en pensent-ils ?

Oui, et en réalité depuis plusieurs années puisque je l’ai intégré à Revit dans les agences où j’ai travaillé sur des projets réels. Depuis janvier, nous avons eu des retours très positifs d’agences d’architecture, mais aussi de BET et économistes, et suite à cette phase d’essai, nous finalisons la première version de G.Algo, qui sortira en février 2020.

Cette version (G.Algo Phase 1) comprend les fonctions permettant d’esquisser avec la famille bâtiment et de créer des études de faisabilité. La phase 2 sortira pour l’été 2020, et s’y ajouteront les interfaces génératives.

Pour G.Plus les retours ont toujours été très positifs, le gain de temps est assez évident, au bout de quelques clics. On en comprend rapidement l’intérêt.

Pour G.Algo la première réaction est toujours ‘wow’, mais pour que l’outil soit utilisé à sa pleine mesure et qu’il puisse permettre d’économiser des journées entières de travail, nous dispensons une formation d’une demi-journée à l’achat des licences. La méthodologie etc doit être intégrée à la méthodologie des équipes pour pleinement fonctionner – on ne vient pas révolutionner le fonctionnement des agences, mais juste donner un petit coup de fouet pour redonner du temps à la création !

Quel est votre modèle de vente ?

La version 1 de G.Plus est disponible sur l’App store d’Autodesk et sur notre site, et  G.Algo sera disponible le 2 Février 2020.  Il est important de préciser que l’achat de plug-ins fonctionne sur un système de licence annuel et intègre les mises à jour – si vous achetez G.Algo Phase 1, vous bénéficiez automatiquement de la phase 2 mise en vente 6 mois plus tard. Nous souhaitons garder des tarifs raisonnables pour que les petites et moyennes entreprises puissent aussi en profiter et être plus compétitifs.

Nous sommes aussi à la recherche de distributeurs, donc bien entendu, s’ils nous lisent et qu’ils sont intéressés, qu’ils n’hésitent pas !

Comment peut-on vous contacter facilement si l’on souhaite plus d’informations sur vos solutions ?

Clara : Toutes les informations sont disponibles sur notre site www.etc-tec.com, ou sur notre linkedin (https://www.linkedin.com/company/etc-tec/) et sur Twitter bien entendu https://twitter.com/etc_tec_company

Clara et Amilcar, merci beaucoup pour cette présentation de vos solutions innovantes. Nous vous souhaitons un franc succès dans cette belle démarche.

Avanti ! PI Machine, une jeune agence d’architecture parisienne créative, dynamique et BIM !

PI Machine – Architecture Design Paysage est une jeune agence d’architecture née en 2015 en réunissant, après des parcours professionnels riches et variés, trois amis architectes, Marta Rossi, Massimiliano Botti et Matteo Emmer, qui avaient pu expérimenter et consolider leurs affinités respectives quand, étudiants à l’Institut Universitaire de Venise, ils avaient pu partager plusieurs projets de concours.
A eux s’est ajouté Pierangelo Caramia, architecte designer expérimenté exerçant à Paris depuis 30 ans.

L’ambition de l’agence est d’intégrer pratique du projet et une recherche traversant les limites entre les disciplines pour les enrichir en gardant une relation permanente avec la réalité du marché (faisabilité technique et financière des concepts proposés).

La variété et l’étendue des compétences du groupe permettent de réaliser une large palette de commandes, en garantissant une haute qualité du projet ainsi que le respect rigoureux du planning et de l’enveloppe financière.

Dans ce cadre, la commande des particuliers constitue un défi central dans l’action de l’agence, pour les enjeux majeurs que cette échelle d’intervention comporte dans la régénération urbaine, axe de réflexion constant de l’équipe.

Elément important, PI Machine travaille avec son temps et a intégré le processus BIM et la solution Autodesk Revit.

Parmi leurs projets récents, ce petit pôle sportif conçu avec Revit.

Par la forte expérience de ses membres d’Equipe, l’agence peut répondre à une large palette de missions de maîtrise d’œuvre : l’habitude des grands projets s’accompagne au goût pour la petite mais significative intervention, la recherche théorique alimente la pratique professionnelle et vice versa et la conviction de la porosité des limites entre disciplines différentes (architecture, design, paysage) permet de proposer, pour chaque maître d’ouvrage leur confiant un projet, un parcours spécifique fait de professionnalisme et de rigueur mais aussi de découverte et d’ouverture à l’inattendu nécessaire.

Le BIM, en fonction de la taille du projet, est bien entendu intégré à la démarche. Comme quoi, le BIM n’est pas que pour les gros acteurs du domaine ! Bravo et nous souhaitons beaucoup de succès à PI Machine. Avanti !

N’hésitez pas à les contacter :

PI MACHINE- Architecture Design Paysage
Matteo Emmer, Architecte et cofondateur
45 rue Fécamp 75012 Paris
t/f : + 33 (0)1 40 04 98 98 / (0)1 40 04 98 90
p : + 33 (0)6 13 03 56 13
e-mail : m.emmer@pimachine.fr
web: www.pimachine.fr

Groupe-6, le BIM sous différentes facettes et une créativité sans limites de ses Architectes

Découvrez le témoignage de l’Agence Groupe-6 Architectes qui pionnière en la matière, s’est emparée du sujet du BIM il y a déjà quelques années.

Découvrez au travers de trois projets emblématiques, l’impact que ce nouveau processus a sur le travail de l’agence. Standardisés sur les solutions Autodesk telles que Revit, Dynamo Studio, Navisworks, 3ds Max et AutoCAD entre autres, ils tirent la quintessence de ces solutions phares du domaine de l’AEC.

En ce qui concerne les projets, il s’agit tout d’abord du CHU de Reims de 55 000 m2 et 472 lits et places réalisé avec EGIS, et dont la taille et la complexité ont pû être gérées grâce à Revit.

Puis le très bel hôtel JW Marriott Bahreïn de 60 000 m2, 36 étages et 340 chambres et suites caché sous une enveloppe de verre aux formes sensuelles de 36 niveaux. Par une savante utilisation de Revit et Dynamo Studio, il a été possible pour les Equipes de Groupe-6 de concevoir une façade haute couture en toute finesse et en toute complexité. Ce projet est le fruit d’une collaboration avec Setec.

Et enfin, le nouveau bâtiment de Schneider Electric – IntenCity – de 25 000 m2 à Grenoble. Groupe-6 a réalisé IntenCity, à Grenoble, les bureaux de la Direction de l’Innovation de Schneider Electric France, dont la livraison est prévue courant 2019. Pour Schneider Electric, l’intérêt de la maquette BIM doit dépasser le seul cadre de la compréhension architecturale. Pour ses futurs bâtiments situés sur les berges de l’Isère, l’industriel a pensé qu’une interconnexion entre la base de données statiques du bâtiment (le BIM), et la base de données dynamique comprenant l’ensemble des systèmes de fonctionnement (la GTB) sera générateur de valeur.

Découvrez ce très beau témoignage ici.

Rapport sur les indicateurs de performance (KPIs) dans la construction par Dodge Analytics et Autodesk

De nombreuses sociétés utilisent des indicateurs de performance clés (KPI) pour évaluer et comparer les performances en termes de réalisation d’objectifs stratégiques et opérationnels. Cependant, le secteur de la construction dans son ensemble manque de points de repère objectifs ou d’un moyen de mesurer l’excellence dans l’ensemble de ce même secteur.

L’objectif de cet eBook est de décrire les indicateurs de performance clés simples que les entreprises de toutes tailles peuvent commencer à capturer aujourd’hui en utilisant une technologie qui numérise ces informations et les collecte dans une zone centrale. L’analyse complète de ces données dans l’ensemble du secteur contribuera à améliorer les processus et à améliorer les performances et l’exécution des projets. L’absence de données de référence dans l’industrie est notamment due au manque de données centralisées nécessaires à l’établissement de normes. Tous les entrepreneurs utilisant des technologies numériques pour gérer leurs projets de construction génèrent des données et des informations. Cependant, beaucoup disent qu’il leur manque un endroit unique pour rassembler ces informations et savoir comment les utiliser de manière significative. Avoir la capacité d’analyser des données, telles que des informations de projet autour de demandes d’informations (RFI) et de demandes de modification, fournit non seulement un contexte utile, mais permet également aux sous-traitants de comprendre les schémas de problèmes rencontrés dans leurs processus de construction.

Autodesk a récemment commandé une étude à Dodge Data Analytics qui a interrogé plus de 200 entrepreneurs et professionnels afin d’identifier et d’analyser les processus actuels de planification et d’exécution de projets. L’étude a révélé sept indicateurs de processus clés qui, selon les entreprises, sont particulièrement utiles pour interpréter les performances globales. Les résultats suggèrent qu’en adoptant des processus spécifiques pour la gestion de projet, les contractants peuvent réduire les risques, minimisant ainsi les problèmes en aval et améliorant les performances.

L’étude a révélé sept activités clés que les entreprises jugent utiles pour analyser et interpréter leurs performances globales :

1. Problèmes dans les documents de construction
2. RFIs (demandes d’informations supplémentaires)
3. Modification des commandes
4. Plannings
5. Sécurité / Inspection
6. Productivité du travail
7. Qualité et livraison

Lisez le rapport de recherche qui résume les principaux résultats et découvrez :

  • Les obstacles qui empêchent les entreprises de normaliser les informations de projet
  • Les repères que vous pouvez utiliser pour évaluer les performances de votre projet ou de votre entreprise.
  • Les KPIs que les entreprises de toutes tailles devraient commencer à capturer et à mesurer dès aujourd’hui

Le futur campus Orange à Balma éclot en BIM grâce à GA Smart Building et Pitch promotion

C’est un campus de taille qui va naître près de Toulouse à Balma d’ici fin 2020, celui de la Société Orange. Près de 1 250 salariés y seront réunis dans des espaces confortables, dynamiques et lumineux qui faciliteront les échanges entre les collaborateurs.

Ce campus composé de quatre bâtiments de bureaux d’une superficie de 17000m2 dont un batîment emblématique de couleur orange, il est conçu par les agences d’architecture LCR Architectes, CCD Architecture et Kardham, Par ailleur, un autre bâtiment de 1500 m2 en silo recouvert de bois, sera affecté à la restauration et au parking, en respect et intégration de son environnement.

Le coeur du campus sera dessiné par une avenue intérieure reliant l’ensemble des bâtiments. Un auditorium fera également partie des équipements.

Au sein d’un espace confortable et baigné par la lumière du jour, les collaborateurs disposeront d’une offre de restauration avec une terrasse spacieuse bordée par un plan d’eau. Elle est tournée vers un espace végétal extérieur qualitatif.

Une forte approche biophilique — basée sur le bien-être et la durabilité — a été déployée sur le futur campus qui profitera d’un parc paysager très vert et extrêmement soigné. Imaginé par la paysagiste Julie Poirel, il sera composé d’un plan d’eau et de jardins aménagés. Les collaborateurs du Groupe Orange pourront y travailler, s’y détendre et profiter de l’environnement avec un terrain multisports. La conception de l’ensemble du projet permettra de conserver un maximum d’arbres existants.

Conçu et construit en BIM avec Autodesk Revit sous la houlette de GA Smart Building et des architectes, ce campus satisfera aux normes HQE® Niveau Excellent et Effinergie +.

Stéphane Dalliet, Président directeur général de Pitch Promotion et Sébastien Matty, Président de GA Smart Building, viennent de planter le premier arbre du futur Campus Orange, en présence de Patricia Goriaux, Directrice d’Orange Grand Sud-Ouest, de Bertrand Jasson, Directeur de l’immobilier du Groupe Orange et de Vincent Terrail-Noves, Vice-Président de Toulouse Métropole et Maire de Balma.

Source GA Smart Building ici.

Un nouveau calculateur carbone offre un espoir de réduction du carbone dans le secteur du bâtiment

En tant que leader du développement de solutions logicielles de conception et de construction pour de nombreux domaines responsables de fortes émissions de gaz à effet de serre et de pertes, Autodesk a toujours reconnu l’importance vitale de la réduction du carbone pour notre planète. Cette réalité a poussé les secteurs de l’ingénierie, l’architecture et la construction à mettre l’accent sur l’importance de faire des choix plus judicieux en ce qui concerne les matériaux de construction, une possibilité qui n’était pas facilement offerte jusqu’à aujourd’hui.

Au cours de l’année dernière, Autodesk a collaboré avec le Carbon Leadership Forum, en collaboration avec Skanska, C Change Labs et près de 50 partenaires, pour créer l’outil Embodied Carbon in Construction («EC3»), lancé lors du dernier salon Greenbuild Expo d’Atlanta, et dorénavant disponible en version béta publique.

L’impact de l’environnement bâti sur la planète est indéniable : il génère près de 40% des émissions de CO2 dans le monde. Et à mesure que la croissance mondiale se poursuit, on estime qu’entre aujourd’hui et 2060, la superficie des bâtiments va doubler. Cela équivaut à construire une ville entière de New York chaque mois pendant 40 ans. En outre, au moins la moitié de l’empreinte carbone de ces nouveaux bâtiments se présentera sous forme de carbone incorporé – le gaz à effet de serre émis dans la chaîne d’approvisionnement des matériaux de construction, y compris l’extraction de matières premières, le transport, le raffinage et la fabrication de matériaux de construction.

Alors comment pouvoir atténuer la prolifération du carbone
incorporé ? À ce jour, le secteur du bâtiment a eu du mal à la comprendre et à la mesurer dans ses projets. Par exemple, deux matériaux peuvent sembler identiques et présenter les mêmes propriétés, mais contenir des quantités extrêmement différentes de carbone incorporé ; une poutre en acier entièrement recyclée provenant d’un four à arc électrique à énergie renouvelable et une poutre en acier vierge provenant d’un four à charbon peuvent sembler quasiment identiques, mais être radicalement différentes en termes d’impact sur le climat.

L’outil EC3 utilise des données issues de déclarations environnementales de produits (EPD ou FDES en français) pour aligner, évaluer et présenter les impacts de carbone incorporés de manière simple, pour qu’ils puissent être utilisés et pris en compte. Cette solution permet au secteur de la construction d’accéder et de visualiser facilement les données sur les émissions carbone des matériaux, leur permettant ainsi de faire des choix intelligents en matière de carbone lors de la spécification et de l’acquisition des matériaux. Ce qui aurait pris des jours aux experts peut maintenant être fait en quelques minutes par des professionnels généralistes.

Capture écran montrant les quantités de carbone incorporé dans un modèle BIM dans le visualiseur BIM de BIM 360.

Autodesk est l’un des principaux sponsors de l’outil, ayant notamment déjà permis l’intégration d’EC3 avec BIM 360. Les professionnels de l’AEC pourront désormais transférer les données de quantité de matériau de projet directement de BIM 360 vers l’outil EC3 en appuyant simplement sur un bouton. les impacts carbone incorporés en fonction des choix de matériaux pourront être ensuite visualisés dans la visionneuse de modèles BIM 360. Cette intégration exploite les données du BIM pour accélérer l’export des matériaux et transforme le modèle en une carte de chaleur carbone incorporée interactive. L’intégration de l’outil EC3 est maintenant disponible en tant qu’application BIM 360.

Présentation du projet de modernisation du campus de Microsoft à Redmond.

Reconnaissant que ce qui est mesuré est géré, le but ultime de l’outil EC3 est de rendre la réduction du carbone dans l’environnement bâti facile, accessible et évolutive pour le secteur du bâtiment. Dans un billet de blog récent, Bill Gates constate : Les bâtiments ont des effets néfastes sur le climat, et reconnaît «les dernières avancées technologiques et l’urgence de parvenir à zéro émission», en prenant pour exemple l’outil EC3.
Microsoft teste actuellement l’outil dans le cadre d’un projet de rénovation de campus au siège de son entreprise à Redmond, dans l’État de Washington. En outre, le port de Seattle utilise également cet outil dans le cadre de projets pilotes. La prise en charge par Autodesk de l’outil EC3 et l’investissement continu dans les outils d’analyse de la performance des bâtiments aident les architectes, ingénieurs et entreprises générales à collaborer plus étroitement pour gérer l’empreinte carbone totale de leurs projets et à créer un environnement construit respectueux de l’environnement, et enfin meilleur pour l’homme et pour la planète.

Autodesk et AGC vont fournir des harnais de sécurité sur mesure pour les femmes dans le secteur de la construction aux USA !

Selon l’OSHA (Occupational Safety and Health Administration), les chutes sont la principale cause de décès des travailleuses et travailleurs du secteur privé dans le secteur de la construction. Toutes celles et ceux qui travaillent en hauteur, que ce soit sur un toit, un échafaudage ou près d’un grand bâtiment, devraient avoir des harnais de sécurité bien ajustés et adaptés à leur taille, mais tous les entrepreneurs ne disposent pas des équipements nécessaires pour notamment mieux protéger les femmes dans le BTP aux USA et ailleurs. Pour remédier à ce problème, Autodesk finance un programme de subventions avec l’une des plus grandes organisations du secteur de la construction aux USA : l’Associated General Contractors of America (AGC), afin de fournir à des sous-traitants sélectionnés en fonction des besoins, des harnais de protection contre les chutes, conçus pour les femmes travaillant en hauteur.

Ce programme intervient à un moment où 80% des entreprises de construction déclarent avoir du mal à pourvoir les postes de travail, notamment essentiellement dans la main-d’œuvre pour la construction. Les femmes représentent environ 10% de l’ensemble de la main-d’œuvre du secteur de la construction*, avec une représentation encore plus faible dans les métiers de l’artisanat, alors qu’elles représentent démographiquement le plus grand potentiel pour combler le déficit des effectifs. Pour aider à attirer et à fidéliser davantage de femmes sur le terrain, les chantiers doivent reconnaître l’importance des Femmes dans ce domaine et répondre aux besoins d’une main-d’œuvre diversifiée, y compris un équipement de protection individuelle de taille adéquate et confortable.

« Le secteur de la construction est conscient que la sécurité est la priorité de tout le monde, mais nous devons également reconnaître que certains travailleurs ne suivent parfois pas les consignes de sécurité. La technologie améliore la sécurité sur les chantiers, mais ce n’est pas une solution miracle », a déclaré Allison Scott, Directrice, à Autodesk Solutions Construction. « La construction est – et restera – un domaine qui s’appuie et s’organise autour des personnes. Le secteur a besoin de plus de personnes et les femmes doivent se sentir en sécurité et les bienvenues sur les chantiers si nous voulons qu’elles choisissent une carrière dans la construction. Nous devons donc amélior la sécurité pour tout le monde ».

Un EPI mal ajusté peut être inconfortable ou tout à fait dangereux. Par exemple, un harnais de protection contre les chutes trop lâche pourrait toujours retenir une femme lorsque l’échafaudage s’effondre sous elle, mais cela pourrait lui causer de graves blessures au cou ou aux épaules. Cela affecte non seulement le travailleur blessé, mais également son employeur. Au delà de l’aspect psychologique, l’entrepreneur subit une perte de temps, de productivité et – potentiellement – une demande d’indemnisation coûteuse du travailleur.

« L’un des moyens les plus efficaces de recruter davantage de femmes dans les métiers de la construction qui sont parmi les mieux rémunérés aux USA, consiste à faire en sorte que les entreprises soient en mesure de fournir des équipements de sécurité qui les rendent encore plus sûres », a déclaré Stephen E. Sandherr, président-directeur général de l’Associated General Contractors des Etats Unis d’Amérique. « Nous souhaitons tirer parti de ces subventions pour encourager nos sociétés membres à fournir un plus large éventail d’équipements de sécurité et à continuer d’élargir la diversité de notre main-d’œuvre. »

Une des principales préoccupations des entrepreneurs est la sécurité de leurs employés. Nombre d’entre eux reconnaissent l’évolution du paysage de la main-d’œuvre du secteur de la construction et prennent des mesures pour créer un lieu de travail plus inclusif et sans blessure. Plus tôt cette année, la Société de construction Skanska a créé des gants et deux gilets de sécurité personnalisés conçus pour les femmes et basés sur les commentaires et retours de ses propres employées. La société prévoit d’élargir prochainement la gamme de vêtements afin d’inclure des manteaux et des vestes haute visibilité pour l’hiver.

Le programme de subventions financera l’achat d’environ 300 harnais de protection antichute de taille moyenne pour les femmes. Les membres de l’AGC peuvent faire une demande de subvention jusqu’à la fermeture de la fenêtre de candidature, le 10 janvier 2020. Les gagnants seront informés à l’avance et mis à l’honneur lors du congrès annuel de l’AGC, qui se tiendra du 9 au 12 mars 2020 à Las Vegas, dans le Nevada.

À propos d’AGC (Association des Entreprises Générales des USA)

L’Associated General Contractors of America s’emploie à assurer le succès continu du secteur de la construction en préconisant des mesures de soutien aux niveaux fédéral, régional et local, fournir aux entreprises des occasions de découvrir des moyens de devenir plus performants et de les mettre en contact avec les ressources et les individus dont elles ont besoin pour réussir dans leurs activités et dans leurs entreprises.

* Bureau des statistiques du travail, janvier 2019, https://www.bls.gov/cps/cpsaat18.htm

Profila recrute un(e) dessinateur(rice)-projeteur CVC BIM sur Revit

La société de recrutement Profila recrute pour son client, un(e) Dessinateur(rice) Projeteur(se) CVC Revit à Paris. En tant que Dessinateur(rice) Projeteur(se) CVC Revit, cette personne assistera le responsable sur la conception et le dimensionnement. Il ou elle participera à la mise en place et au développement du processus BIM à l’agence. Il ou Elle intègrera le pôle ingénierie des systèmes énergétiques et réalisera les missions suivantes : Réalisation des plans et maquettes BIM en CVC-Plomberie, sur AutoCAD et Revit durant toutes les phases de la conception.

  • Participation à la conception et choix des systèmes techniques
  • Participation au dimensionnement des équipements des lots fluides
  • Gestion, déploiement et support des logiciels BIM

Profila (www.profila.fr) est une société de conseil en Ingénierie et en Recrutement, spécialisée dans le Bâtiment, le Génie Civil et l’Industrie créée en 2009. Elle s’illustre aujourd’hui grâce à sa compréhension et son expérience des métiers du BTP. Leur expertise permet à cette société d être reconnue tant par les PME que par les différents majors du secteur.

Découvrir l’annonce et postuler en ligne ici.

Atelier Villemard et Associés livre une résidence étudiante innovante dans sa conception et sa construction

Atelier Villemard Associés vient de livrer une résidence étudiante originale pour le CROUS de Champs sur Marne.

Sa particularité ? La présence d’un atrium, normalement interdit pour des logements à cause des risques de propagation de fumée en cas d’incendie. La délivrance du PC était donc liée à une bonne consultation des ministères de la Culture, du Logement et de l’Intérieur. Ce qui fut chose faite.
Elément central incontournable, l’atrium a été livré dépouillé. C’est un espace de vie et de rafraîchissement thermique, rendu possible grâce à la présence de ventilation s’effectuant par des ouvertures basses et hautes.
Cet édifice évolutif en R+9 comprend un programme de 172 logements et 207 places, répartis en 153 T1 d’à peu près 18 m2, 9 T2 de 47 m2 et 9 T4 de 85 m2.
Les cloisons sont amovibles, ce qui rend le bâtiment évolutif avec des espaces totalement réversibles. Enfin, cette architecture bas carbone a été rendue possible grâce au matériau bois. La structure béton et les murs extérieurs en ossature bois ont été majoritairement préfabriqués tels que les poteaux, balcons, bandeaux, murs à ossature bois, salles de bains… Ce qui a permis la construction de chacun des étages en moins de 10 jours.

L’agence travaille en BIM avec Revit et AutoCAD. Un beau projet à découvrir en cliquant ici.

  • Maître d’ouvrage : CROUS Créteil
  • Maîtrise d’ouvrage déléguée opérationnelle : 3F Résidences, Domofrance
  • Maîtrise d’oeuvre : Atelier Villemard Associés AVA (mandataires), BVAU
  • Associés/BET : Egis, Elioth, Meta
  • Entreprise générale de construction : Bouygues bâtiment habitat social, Ballestrero
  • A + A Cooren
  • D’ici La, Qualiconsult
  • Casso, Sastec

GA Smart Building et l’INSA Toulouse lancent la troisième session du MOOC BIM à succès !

La troisième et dernière session du MOOCBIM de GA Smart Building a débuté ! Les premières avaient eu beaucoup de succès en rassemblant près de 8 000 inscrits dans le monde, soit plus d’1/4 des inscrits sur la plateforme MOOC Bâtiment Durable, le MOOCBIM s’est affirmé comme un média pédagogique pertinent pour faire progresser tous les acteurs sur le sujet du BIM.

La génèse

GA Smart Building et l’INSA Toulouse s’étaient associés pour réaliser un MOOC (Massive Open Online Course) — outil de formation en ligne, gratuit et accessible à tous —, sur le BIM afin d’aider les acteurs de l’immobilier et du bâtiment à aborder cette transition numérique incontournable.

En janvier 2018, puis en octobre 2018 ont eu lieu deux sessions de formation ouvertes à tous : professionnels du secteur ou non, étudiants ou demandeurs d’emploi en reconversion… La 3ème et dernière session a été lancée le 5 novembre prochain.

Au programme, de nouveaux témoignages, de nouveaux quiz et l’intégration des suggestions des apprenants des précédentes sessions.

Inscriptions en ligne dès maintenant

Les résultats des deux premières sessions

En rassemblant près de 8 000 INSCRITS dans le monde, soit plus d’1/4 des inscrits sur la plateforme MOOC Bâtiment Durable, le MOOCBIM s’est affirmé comme un média pédagogique pertinent pour faire progresser tous les acteurs sur le sujet du BIM.

Le MOOCBIM a offert aux apprenants un grand nombre de possibilités pour approfondir leurs connaissances du BIM, avec deux parcours différents :

• Le « Parcours Découverte » : les apprenants se sont vus remettre un certificat de réussite nominatif au-delà de 80 % de bonnes réponses sur l’ensemble des quiz.
 Le « Parcours Avancé » : en plus des quiz auxquels il fallait obtenir un score minimum de 80 % de bonnes réponses, les apprenants ont produit un devoir dans le cadre d’une étude de cas lors de la session 1, et ont réalisé un travail collaboratif sur la manipulation de maquettes BIM en format IFC lors de la session 2.  

Un forum d’échanges entre les participants a également été mis en place durant les formations et comptabilise plus de 1 100 messages. Une véritable communauté active s’est développée autour du MOOCBIM.

Qui a participé aux deux premières sessions du MOOCBIM ?

Les apprenants ont une moyenne d’âge qui se situe entre 25-40 ans (43 %) avec une majorité de professionnels du secteur du bâtiment et de l’immobilier (87 %). Néanmoins, on retrouve d’autres profils : des étudiants (11 %), des personnes en recherche d’emploi/en reconversion, des enseignants ou des chercheurs. Le tout dans le monde entier : au Maroc, en Algérie, en Belgique et en Suisse.

Avant de commencer le MOOC, plus de 60 % des participants avaient quelques notions sur le BIM, cependant le niveau de maîtrise révèle une faible expertise : 86 % considéraient leurs compétences mauvaises ou passables. Ils souhaitaient donc compléter leur formation et être aidés dans l’exploitation quotidienne de cet outil.

Alors n’hésitez plus, inscrivez-vous vite !