Un futur ingénieur ESTP talentueux, digital et BIM – Interview de Yousheng Wang

image

Les jeunes générations seront celles qui permettront à nos métiers d’enfin évoluer et se moderniser dans cette ère du numérique. Exemple criant de cette mutation, nous recevons cette semaine un jeune ingénieur ESTP, Yousheng Wang, passionné d’ingénierie, de technologie, de développement et de BIM, qui nous raconte son beau et atypique parcours depuis sa Chine natale vers l’ESTP à Troyes où il poursuit ses études d’ingénieur et de designer. Impressionnant !

 
  clip_image002

Yousheng Wang

yousheng.wang@estp.fr

Site personnel : http://yousheng.fr/

 

 

 

 

 

Pouvez-vous tout d’abord vous présenter et nous expliquer ce qui vous a poussé plus jeune à faire des études d’ingénieurs ?

Je suis étudiant en 3ème année à l’ESTP. Auparavant, j’ai fait 4 ans d’études en Génie Civil dans l’Université de Wuhan en Chine. Actuellement, je suis en stage chez Vinci Construction France à Lyon dans le domaine de l’innovation du BIM.

Pourquoi ai-je choisi des études d’ingénieur ? Je pense que la réponse est toujours liée avec la définition radicale d’ingénieur. Pendant mes études en Chine, je fus confronté au grand écart entre la théorie et la réalité : sachant que l’école nous permet de découvrir les nouvelles technologies, mais la phase d’application demandée par la pratique est absente à l’école. Il me fallait des connaissances d’ingénierie pour me permettre de trouver des solutions face à la pratique.

Je voulais apporter ma contribution en tant qu’ingénieur innovation dans le secteur de la construction. Ce n’est pas un grand objectif comme changer le monde, mais justement pour faciliter le travail des autres personnes dans ce métier.

En quelle section et en quelle année êtes-vous à l’ESTP ?

Après mes études en Chine (bac+4), je suis venu en France en septembre 2016. Je fus admis à l’ESTP en équivalence de 2ème année dans la section « Bâtiment ». Maintenant, en tant qu’étudiant de 3ème année, j’ai décidé de suivre l’option « Design » au sein du nouveau campus de l’ESTP à Troyes. C’est une formation qui m’a permis de m’orienter ver l’innovation et le management de projet.

En tant qu’ingénieur, je me suis rendu compte que l’on a tendance à trop rentrer dans les détails techniques. Par conséquent, on perd la vision globale et une compréhension complète du métier. L’option « Design » me permet de comprendre l’ingénierie avec une perception de designer. Cela suscite beaucoup de réflexions dans le sens de la création et de l’innovation ainsi que pour le sens humain du bâtiment.

Un petit exemple avec un système d’éclairage conceptuel. C'est un système conceptuel qui suit les gens lors de leurs déplacements. Cela est réalisé grâce à des capteurs de mouvements. Il y a des lumières quand vous passez devant. Vous pouvez choisir une couleur différente. Lorsqu'ils sont passés l'un après l'autre, cela produira des couleurs mélangées. Cela donne un sens humain à notre appartement dans lequel on passe tous les jours. Et cela a aussi une signification de « Compagnonnage ». Une vidéo sympathique l’illustre sur YouTube ici : https://www.youtube.com/watch?time_continue=66&v=3GGXOAplw-A.

 

Pourquoi avez-vous choisi l’ESTP plutôt qu’une autre école ?

Encouragé par M. Yinjun JIANG (Phd dans domaine de l‘ingénierie mécanique, Université de Wuhan, Chine), j’ai décidé de venir en France pour continuer mes études. M.Jiang était chercheur à l’ENSTA à Paris. Il m’a appris l’importance du développement de mes réflexions et méthodologies en tant qu’ingénieur. Il m’a conseillé donc d’aller dans une grande école d’ingénieur en France.

Donc, me voilà ici. L’ESTP est très réputée en Chine. Chaque année, il y a au moins un ou deux étudiants de mon université qui viennent à l’ESTP. Après leurs études, ils travaillent en Europe ou en Afrique avec leurs connaissances acquises à l'ESTP.

Personnellement, l’ESTP a trois aspects qui m’attirent le plus. Le premier est la richesse des collaborations avec les entreprises. Cela nous donne plus d’opportunité pour connaître ce qui se passe sur de grands projets réels. Elle nous permet aussi d’avoir des contacts directs avec les nouvelles technologies dans ces grandes entreprises.

Le deuxième est l’esprit d’innovation. Les étudiants de l’ESTP sont entrainés à affronter les défis et les choses « impossibles ». Nous sommes toujours encouragés à chercher différentes solutions pour les enjeux.

Le dernier est la passion du métier. Les étudiants sont fiers de leur métier et leur titre d’ingénieur. Ils consacrent leurs week-ends aux projets d’école. Au moins tous les samedis parce qu’il y a toujours un cours le samedi matin pour les étudiants de 2ème année dans la section Bâtiment.

Quand vous êtes-vous pour la première fois intéressé aux nouvelles technologies et au BIM ?

En 2016, dans un cadre d’un projet d’architecture à l’ESTP, j’ai choisi la Philharmonie de Paris comme cas d’étude. Après avoir fait ces recherches et analyses sur cette architecture, j’ai trouvé que le management de ce projet était particulièrement intéressant et important. Quand il s’agit d’architectures avec des structures complexes et des formes irrégulières, le processus classique de construction conduit à de nombreux problèmes. On risque toujours de dépasser considérablement le budget et de compliquer le management de projet. Le BIM nous permet de réduire ces risques et imprévisibilités. La construction est un système tellement complexe, la structure d'un édifice n’en est qu’une partie.

Personnellement, je considère que le BIM est la meilleure solution pour faire coopérer les disciplines de la construction, tel que l’architecture, la structure, le CVC, etc. Grâce aux simulations des processus d’exécution au préalable, nous pouvons beaucoup mieux contrôler le budget et le management, et minimiser des variantes dans la phase d’exécution. C’est de là que provient mon grand intérêt pour le BIM.

Etes-vous un passionné des nouvelles technologies ?

Oui, je pense que tous les ingénieurs sont plus ou moins sensibilisés aux nouvelles technologies et curieux des nouveautés. Vu que la base d’ingénierie est la science, on doit toujours en contact avec les nouvelles techniques et technologies pour améliorer notre façon de travailler.

Par exemple, quand j’ai découvert la réalité virtuelle (RV) et la réalité augmentée (RA), j’ai de suite vu ses applications potentielles : nous permettre de voyager autour du monde despuis chez soi, assister à une expérience immersive, nous apporter des expériences extraordinaires comme les sports extrêmes. Mais en effet, 71.3% de ces technologies sont appliquées dans le domaine du divertissement comme des jeux vidéos et d’autres industries. En tant qu’ingénieur, chaque fois que je découvre une nouvelle technologie, je me pose toujours la question sur comment je peux l’adopter dans mon travail.

Récemment j’ai réalisé une Webapp, Y.BIM Viewer, avec laquelle on peut naviguer facilement dans tous les sens dans un bâtiment. Cette application pourrait donc être potentiellement intégrée dans un dispositif de RV. Vous pouvez également visiter la Webapp ici http://yousheng.fr/Y_BIM/index.html. (Il est éventuellement possible que Y.BIM Viewer puisse prendre trois minutes pour s’ouvrir. La navigation dans les vues se fait avec les quatre touches directionnelles du clavier puis avec les boutons de la souris.)

clip_image004

clip_image006

Je suis stagiaire depuis peu chez VINCI Construction France. Avec mon tuteur Monsieur Philippe Brayard (Responsable Service BIM Digital Innovation), nous travaillons sur l’utilisation d’applications UNITY et de la RV dans le domaine du bâtiment. Nous sommes persuadés du grand intérêt de développer ces nouvelles technologies et à les intégrer dans les métiers du bâtiment. Il s’agit avec ce travail de faciliter les synthèses de ressources et coopérations entre les métiers, ainsi que de simplifier les flux de travail. On a toujours un grand intérêt pour développer ces nouvelles technologies et techniques et à tenter de les intégrer avec les métiers du bâtiment.

 

 

Vous développez aussi en langage de programmation ? Et vous semblez connaître Dynamo pour Revit. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ?

Oui, je suis attiré par la programmation depuis très longtemps. Après avoir été diplômé de l’Université de Wuhan, j’ai travaillé dans une entreprise informatique pendant un an. J’y ai acquis les bases de la programmation. Je suis conscient que l’on perd beaucoup de temps dans les travaux de base et les missions répétitives. La programmation est donc un outil intelligent pour simplifier et automatiser les tâches. Puis, je suis « paresseux » pour toutes les tâches répétitives 🙂

Par exemple, j’ai fait une Webapp avec un ami pour l’analyse énergétique de différentes salles en été. En fonction de la différence de surface de chaque pièce et de la surface vitrée, les résultats sont différents. Pour éviter de perdre du temps et pour calculer toutes les pièces à la fois, on a décidé de créer un outil pour résoudre tous ces types de problématiques. Visitez la Webapp YOLO Énergie avec ce lien ci-dessous. http://yousheng.fr/YOLO_Énergie/

clip_image008

clip_image010

clip_image012

J’utilise Revit depuis 2014. À l’époque, Revit avait 3 versions différentes séparément pour l’architecture, la structure et le MEP. Je pensais que ce logiciel était uniquement un outil pour la modélisation et la représentation du projet. Jusqu’à ce que je découvre Dynamo for Revit en 2016. Je me suis alors rendu compte que c’est un plug-in qui favorise la visualisation et la modulation de programmation. Pour les ingénieurs, Dynamo simplifie largement la difficulté et la complexité de programmation. Pour les développeurs, il réduit le temps consacré au processus de développement, on s’adapte ainsi de manière agile aux demandes et fonctionnalités variées. Quand j’ai un projet à la main, au lieu de travailler directement sur le projet, je préfère de créer une fonction/un outil par Dynamo pour baisser le prix de revient sur le temps.

clip_image014

 

 

Comment se passe l’enseignement du BIM à l’ESTP ? Avez-vous beaucoup d’heures ?

Premièrement, à l’ESTP, on a une option BIM d’une durée 2 mois pour découvrir les logiciels BIM. Tous les étudiants en 2ème année ont un cours de 9 heures pour découvrir ce domaine. Dans l’option Design dans le nouveau campus de l’ESTP à Troyes, on a un cours BIM avec M. Julien Corvest, qui est BIM manager chez 3IA. Lors de ses séances, il nous présenter beaucoup de projets réels dans ce domaine.

L’école nous propose une ouverture à ce domaine, mais franchement, il faut que nous avancions avec nos passions, nos efforts et notre temps, nous même. La pratique est le moyen le plus efficace pour mieux apprendre un nouvel outil. Document d’Aide, Forum Autodesk ou Google, les trois approches suffisent souvent pour résoudre la plupart des problèmes.

Pensez-vous que le BIM sera important lorsque vous travaillerez ?

 

Exactement, pendant ces dernières années, le BIM s’est développé amplement. Selon ma perception, il a eu des changements importants. Au tout début, je pensais que l’objectif du BIM était le M (la Modélisation), non seulement pour la maquette d’architecture, mais aussi pour les maquettes de la structure et du CVC. À cette époque, je concevais le BIM comme une façon de représenter qui ne sert qu’à transférer les plans 2D vers des maquettes 3D.

À la suite de mes études, je me suis rendu compte que l’écart entre les différents métiers dans le domaine de construction ne peut être négligé. L’objectif du BIM, pour moi, est donc devenu le B (Building). Cet objectif permet de synthétiser les ressources, coopérer entre les métiers, et ainsi simplifier les flux de travail. En plus, le format IFC nous permet de faire des échanges entre différents logiciels ou des plateformes variées.

À présent, mes connaissances du concept BIM ont changé à nouveau. Personnellement, ce qui compte le plus dans le BIM est le I (les Informations). L’objectif intrinsèque du BIM est de favoriser les échanges d’informations. Nous partageons les données, chacun peut y accéder et les utiliser, et en même temps, chacun complète les données de manière différentes après leur utilisation. Ce tableau ci-dessous montre ma grande image sur le futur du BIM avec les trois phases du projet.

clip_image016

Etes-vous une exception ou tous les jeunes s’intéressent-ils comme vous aux nouvelles technologies ?

Je crois que je ne suis pas le seul fasciné par les nouvelles technologies. Notre société évolue sans cesse dans les flux de développements techniques et technologiques et nous sommes obligés d’envisager ces nouveautés. L’émergence des nouvelles technologies nous donne un indice pour apercevoir le futur de notre propre métier. Je pense que l’Intelligence artificielle et le Machine Learning vont amener une évolution dans notre vie quotidienne ainsi que dans le monde d’ingénierie.

 

Avez-vous déjà fait des stages en entreprise où vous avez-eu l’occasion de pratiquer le BIM ?

Oui, j’ai fait un stage d’été chez Crealab Paris, une agence d’architecture spécialisée dans l’architecture et l’architecture d’intérieur en 2017. Elle a eu beaucoup de projets de réhabilitation de châteaux. Sa fondatrice Mme. Elodie Pacaud, toujours à l’affut de nouvelles technologies, a un esprit très ouvert et une ambition internationale. Tous ses projets se situent aussi bien en France qu’à l’international (Angleterre, Allemagne, Suisse, Belgique, Italie, Espagne, Maroc, Chine). Pour mieux élaborer avec les bureaux d’études et les entreprises et simplifier les flux de travail de collaborateurs, l’agence cherche à explorer le travail en BIM.

À cette occasion, j’ai fait des recherches et des essais avec mon chef M. Xu pour modéliser des maquettes numériques architecturales et des aménagements intérieurs en utilisant Revit. Ces travaux sont là afin de mieux visualiser et montrer des concepts et des détails de projets. En faisant ces projets, Dynamo me sert beaucoup à la conception et la modélisation paramétrique.

clip_image018

Un concept de réhabilitation (Réalisé avec Revit)

clip_image020

Architecture d’intérieure, vue du RDC

clip_image022

Une résidence sociale (Réalisé avec Revit et Dynamo)

clip_image024

Un concept modulaire (réalisé avec Revit et 3ds Max)

clip_image026

(Si vous souhaitez plus d’information, vous pourrez trouver les détails de chaque projet sur mon site personnel. http://yousheng.fr/ )

 

Comment voyez-vous votre futur métier d’ingénieur ? Quel serait l’idéal ?

A mon avis, le futur du métier d’ingénieur sera une convergence de plusieurs métiers. La maîtrise d’un seul métier ne suffit pas à accomplir ses missions professionnelles à cause de la complexité des projets. L’industrialisation et la robotisation naissent au moment de l’expansion de ces problématiques. Pour développer la robotisation, on doit bénéficier des avantages de l’informatique. Grâce à mes connaissances dans le domaine du bâtiment et de l’informatique, j’ai choisi d’être développeur dans le domaine du BIM pour faciliter et simplifier les tâches des autres ingénieurs. De même, la transition numérique et énergétique est une partie essentielle de l’Industrie 4.0. Je trouve déjà mon enthousiasme, mes énergies et je trouverai ma place vis-à-vis des grands enjeux de la transition énergétique et du numérique dans le domaine du bâtiment.

Yousheng, félicitations pour ce parcours brillant et votre passion pour votre futur métier, ainsi que les nouvelles technologies. Nous vous souhaitons une belle et longue carrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *