Un robot poseur de briques accélère le temps de construction d’un bâtiment de la nouvelle Université des Arts de Reno conçue en BIM

image

© Building Design + Construction – 2018

SAM100, un robot maçon semi-automatique, utilise un bras robotisé pour étendre le mortier sur une brique et le place sur le nouveau bâtiment des arts de l'université de l'Université du Nevada, à Reno.

Un article intéressant à lire sur Building Design+Construction relatant l’initiative de A-1 Masonry, Sandblasting et Q&D Construction, des entreprises ayant amené l’idée de ce robot.

Le nouveau bâtiment de  l'Université des Arts du Nevada nécessitera l'utilisation d'environ 100 000 briques pour le bâtiment de trois étages. Mais pour la première fois au Nevada, environ 60% de ces briques seront posées par SAM, un robot maçon.

SAM, qui signifie Semi-Automated Mason (Maçon Semi-Automatique), est utilisé dans le cadre d’un projet de 35,5 millions de dollars visant à réduire les délais et les coûts de construction et à contribuer à la pénurie de main-d'œuvre actuelle qui sévit dans le Nevada. L'appareil utilise un bras robotisé, une programmation informatique et un système d'alimentation en matériaux pour poser des briques à raison d'environ une brique toutes les huit secondes.

Le bras robotisé en métal répartit le mortier sur la brique et utilise un système guidé par laser pour poser les rangées. Selon Q & D Construction, l'entreprise générale sur ce projet, SAM peut accomplir le travail de cinq maçons. Ce projet a été conçu par l’agence d’Architecture DLR Group qui s’est prêtée au jeu du robot maçon. Cette agence est standardisée en BIM avec Autodesk Revit et fournit la maquette essentielle à la construction.

image

© DLR Group – 2018

Le robot est conçu pour travailler sur de grands murs ininterrompus, ce qui signifie que les longueurs d’environ un mètre cinquante de zones telles que les angles et les fenêtres doivent être faites à la main par un maçon. De plus, les humains ont toujours besoin d'installer l'échafaudage Hydro-Mobile, de programmer le projet, de charger les briques et le mortier, d'aligner la rangée, de nettoyer les joints de mortier et de faire les finitions sur les briques. Même avec toute l'aide humaine toujours nécessaire, SAM a réussi à accélérer le processus d'installation de pose de briques de 50%.

Une fois terminé, le pavillon des arts comprendra une salle de récital de 287 sièges, un nouveau musée d’art, un laboratoire de fabrication, un laboratoire électroacoustique, des locaux de répétition insonorisés, des salles de répétition musicale et un studio d’enregistrement. La construction devrait s'achever à l'automne avec l'ouverture officielle au cours du semestre du printemps 2019.

Un bel exemple de l’aide positive que les robots peuvent apporter à l’homme !

Découvrir l’article en cliquant ici.

Site de DLR Group ici.

Site de l’Université de Reno ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *